Saint Caprais d’Agen,

Saint Caprais d’Agen ou saint Caprais, ou saint Capraise,

Ermite, premier évêque d’Agen et martyr

Né à Agen, fils d’un fonctionnaire romain, il fut martyrisé sous Dioclétien en 303, par le proconsul Dacien, en même temps que sainte Foy et d’autres chrétiens.

C’est un saint chrétien fêté le 20 octobre.

Sur le site Nominis, on y trouve les informations suivantes :

Pour éviter la rage de la persécution, il se cache dans une caverne. Mais ayant vu le courage et la persévérance de sainte Foi, il se décide à se montrer chrétien.

Arrêté, mis au cachot, il endure à son tour les souffrances du martyre au temps de l’empereur Aurélien pour avoir refusé à la religion d’État (monothéisme solaire d’inspiration orientale). (Diocèse d’Agen - les Saints fondateurs - l’Église en Lot-et-Garonne) et, selon les ’actes’ légendaires, il sera décapité.

Son culte fut très grand dès les premiers temps, dans le Sud de la France où plusieurs localités portent son nom, même en Ile de France. A Saint Caprais de Lerm, sur un des chapiteaux de l’église du XIIe siècle, on peut voir le martyre de Saint-Caprais avec sur le tailloir les noms des protagonistes : "Angel, Capras, Dacian, Miles"...

Il semble "qu’une source miraculeuse coule toujours, sur le Mont St Vincent à Agen, depuis que Caprais a frappé la paroi de la Caverne en demandant signe et courage à Dieu."

L’actuelle cathédrale d’Agen lui est consacrée, de même que d’autres églises ou chapelles, dont l’église de Bessines

Il ne faut pas le confondre avec Caprais de Lérins, un autre saint chrétien fêté le 1er juin.