Unité de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament

Revenir à : Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (6)
Aller à :Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (8)

1. Une série de rouleaux

Comme tous les livres de l’Antiquité, du moins à l’origine, les ouvrages écrits se présentaient sous la forme de rouleaux de papyrus ou de peaux de mouton (dont la ville de Pergame s’était faite la spécialité : un parchemin est une peau tannée à Pergame !).
Les rouleaux ne pouvaient pas avoir une longueur démesurée sinon ils auraient été trop gros et peu manipulables. Si vous avez déjà vu, à la télévision, une liturgie juive, dans une synagogue, vous avez remarqué que le livre de la Torah, protégé par une housse de tissu précieux et brodée, constitue un rouleau d’une dimension respectable.

2. Une classification

Il est utile d’adopter une classification pour s’y retrouver lorsqu’on cherche un livre. C’est le cas des bibliothèques. Les critères peuvent être uniquement alphabétiques, selon l’auteur ou le titre des livres. Ils peuvent aussi se baser sur une division des contenus : philosophie, théologie, sciences, arts. Ils peuvent enfin s’appuyer sur la date de parution. Ils peuvent enfin combiner ces critères.
Quels sont les critères de la classification des livres dans la Bible ?

3. L’ordre des livres

L’ordre adopté par la Bible hébraïque ne se base sur aucun de ces critères. Il se base sur des critères chronologiques et théologiques. En effet, le premier livre de la Bible nous parle des origines de l’univers et de l’homme, ainsi que des débuts de l’histoire des hommes, pour ensuite se focaliser sur Abraham, le père de tous les croyants, puis sur Jacob, le premier Israël (c’est le nom qui lui est donné après sa lutte avec l’ange de Dieu). Cet ordre nous fait passer de la métaphysique (pourquoi y a-t-il des êtres plutôt que rien ?) à l’histoire (comment les hommes ont-ils vécu ensemble depuis les origines ?).
Le deuxième est théologique, ou plutôt relève de l’autorité de la parole. Les cinq premiers livres (le pentateuque : les cinq rouleaux). C’est la Torah proprement dite, à la fois loi et enseignement. De ces livres (classés selon l’ordre chronologique, on pourrait même dire qu’ils sont classés selon un ordre théo-logique , c’est-à-dire selon la logique divine d’un dieu qui crée d’abord la nature avant de créer l’homme, lequel en devient le gestionnaire et le responsable.

Dans le Pentateuque, Dieu parle directement : à Dieu dit "Que la lumière soit ! ". Dieu dit à Abraham. Dieu dit à Jacob. Dieu dit à Moïse... Viennent ensuite les prophètes qui sont porte-parole de Dieu. Ce n’est pas leur parole qui compte mais la transmission, au peuple, de la Parole divine. Enfin les sages qui tirent l’enseignement de leur propre méditation, qui découvrent la parole de Dieu inscrite en leur cour, en leur intelligence, dans tout leur être même. L’ensemble constitue la Torah au sens large du mot. Ainsi Dieu parle par lui-même, par les prophètes, par les sages. On appelle souvent, pour se souvenir de l’ordre des grands ensembles, la Bible le à TaNaK : (Torah, Naviim (Prophètes), Ketouvim (les autres écrits ou écrits de sagesse). Mais comme vous avez pu le voir, cet ordre n’est pas respecté dans son détail, par les Juifs (la Septante), par les Catholiques (la Vulgate), les Protestants (retour à l’ordre juif) et les Orthodoxes.

4. Unité de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament

Les livres ou lettres du Nouveau Testament répondent aux mêmes critères que l’Ancien Testament. Ils renversent la chronologie de la rédaction des documents : les lettres de Paul, les Evangiles synoptiques, les Actes, l’évangile de Jean, l’Apocalypse. Ainsi on commence par le commencement logique : l’histoire de Jésus, Fils de Dieu. Viennent ensuite les Actes qui parlent de la naissance de l’Eglise.

En conclusion, on ne peut pas dire que la Bible soit au sens strict une bibliothèque car elle n’adopte pas de critère qui lui soit extérieur. Elle constitue en réalité un seul livre à plusieurs chapitres, alors même que ces chapitres sont, historiquement, des livres différents (date, auteur, thème, genre différents). Tout le travail de lecture devra tenir compte de l’unité essentielle de la Bible.

Alain.

Revenir à : Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (6)
Aller à :Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (8)