Pourquoi lire la Bible ?

Revenir à Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (1)
aller à : Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (3)

Pourquoi lire la Bible ?

La raison philosophique nous permet d’affirmer l’existence d’un être suprême créateur et maître de tout. Il n’y a pas d’opposition entre la raison et la foi. Un philosophe français, Descartes, distinguait la « lumière naturelle » qui correspond à la raison et la « lumière surnaturelle » qu’est la foi. Le pape Jean-Paul II, dans son encyclique « Foi et raison », nous dit qu’on peut faire confiance à la raison. Mais faire confiance à la raison, ce n’est pas la rendre absolue.

« La foi, qui est fondée sur le témoignage de Dieu et bénéficie de l’aide surnaturelle de la grâce, est effectivement d’un ordre différent de celui de la connaissance philosophique. Celle-ci, en effet, s’appuie sur la perception des sens, sur l’expérience, et elle se développe à la lumière de la seule intelligence. La philosophie et les sciences évoluent dans l’ordre de la raison naturelle, tandis que la foi, éclairée et guidée par l’Esprit, reconnaît dans le message du salut la « plénitude de grâce et de vérité » que Dieu a voulu révéler dans l’histoire et de manière définitive par son Fils Jésus Christ ».

L’affirmation de Dieu, par la raison, ne dépasse pas les limites de la connaissance humaine. Elle reste parole humaine. Elle peut et doit se considérer comme étant en attente d’autre chose, d’une connaissance plus profonde, plus vraie, de cet être suprême. En un mot un dévoilement de la vraie nature divine, une révélation.

La Bible nous propose non une révélation mais la Révélation. Elle est source de notre foi, c’est à dire de notre relation à Dieu.

Dans la Bible, nous découvrons un Dieu tout puissant, un père plein de patience, de tendresse et de miséricorde et qui rejoint l’homme dans son histoire.

Nous y découvrons ainsi le nom propre de Dieu : YHWH. Comme on le voit, ce nom est imprononçable (et cela est voulu), par respect, et parce que nul ne peut prétendre posséder une connaissance totale et définitive de Dieu. Cependant, lorsqu’on rencontre cette désignation dans un texte il faut bien la « lire ». Alors on le fait par allusion, par des formules détournées. Les Juifs disent « l’Eternel » (l’être qui transcende le temps et l’histoire), « le Nom » (par excellence) ou Adonaï (terme hébreu signifiant « le Seigneur ») ; la Bible de Jérusalem (BJ), écrit « Yaweh » (essai de prononciation d’une forme verbale du verbe être en hébreu) ; la Traduction oecuménique de la Bible (TOB), préfère « le Seigneur », suivant en cela la Septante (LXX) et la Vulgate.

Cette Révélation ne s’est pas faite en un jour. Elle s’est faite progressivement, dans l’histoire d’un peuple, Israël. Ce n’est que peu à peu que le peuple, réfléchissant sur son passé et sur son avenir, y découvre le vrai visage du Dieu qui l’a choisi. Le Seigneur fait d’Abraham et des patriarches ses premiers porte-parole. Puis ce sera le tour de Moïse et des « juges », des prophètes et des rois, et enfin des sages.

Mais un bouleversement se produit dans l’histoire des hommes, qui passe en son temps inaperçu. C’est le passage d’un certain Jésus de Nazareth sur notre terre, qui affirme être le Fils de Dieu. Il apporte la parole définitive de Dieu et sur Dieu. Après lui la Révélation est terminée, ce qui ne signifie pas pour autant que nous l’ayons épuisée.

Ce message, qu’est la Révélation de Jésus Christ, s’est répandu à travers tout le monde « civilisé » des premiers siècles de notre ère, en particulier en Europe, qui a été pétrie de Christianisme.

A partir de ces considérations, on peut légitimement estimer qu’il importe de lire la Bible pour …

- découvrir le noyau dur de notre civilisation. Nous sommes Juifs tout autant que nous sommes Grecs et Latins, par notre histoire et notre culture. Comment comprendre notre civilisation en ignorant la Bible ? Elle est un monument incontournable de la littérature mondiale, et surtout européenne.

- trouver la source de la foi juive et de la foi chrétienne. La Bible est en quelque sorte une auto révélation de Dieu, à travers des paroles humaines inspirées. La foi s’appuie sur des témoignages, c’est-à-dire des actes et des expériences d’hommes et de femmes dans leur relation à Dieu. Elle se dit dans des récits, des poèmes, des chants, les réflexions des sages, des lettres, des prophéties….

Alain

Revenir à Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (1)

aller à :Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (3)