Accueil du site > Accueil - A la Une du site > En bref > FAQ > Pourquoi le mois de mai est-il le mois de Marie ?

Pourquoi le mois de mai est-il le mois de Marie ?

Pourquoi le mois de mai est-il le mois de Marie ?

La dédicace d’un mois à une dévotion particulière est une forme de piété populaire relativement récente dont on ne trouve guère l’usage général avant le XVIII° siècle (le mois de saint Joseph, mars ; le mois du Rosaire, octobre ; le mois du Sacré-Coeur, juin…)

Le « mois de Marie » qui est le plus ancien de ces mois consacrés, vit le jour à Rome, peut-être autour du collège romain des Jésuites, d’où il se diffusa dans les Etats Pontificaux, puis dans le reste de l’Italie et enfin dans toute la catholicité. La promotion du « mois de Marie » doit beaucoup aux Jésuites.

Grâce aux Pères jésuites, le « Mois de Marie » atteint la France à la veille de la Révolution. La vénérable Louise de France, fille de Louis XV et prieure du carmel de Saint-Denis, fit traduire le livre du P. Lalomia dont elle fut une zélée propagatrice.

Cet usage n’eut un caractère général qu’avec les missions populaires de la Restauration, après qu’il fut officiellement approuvé et enrichi d’indulgences par le Saint-Siège (21 novembre 1815).

Après les jansénistes, le clergé constitutionnel était farouchement opposé à cette dévotion. Mgr Belmas, évêque concordataire de Cambrai, jadis évêque constitutionnel de l’Aude, en fut un adversaire résolu.

Après l’approbation de Pie VII, « on tenta de l’introduire au Grand Séminaire, sans son autorisation. Le mois devait s’ouvrir par un salut très solennel. Déjà les cierges étaient allumés à profusion sur l’autel. Prévenu, il les fit éteindre et contremanda la cérémonie. »

On peut rappeler

- qu’au XIII° siècle, le roi de Castille, Alphonse X le Sage (1239-1284), avait déjà associé dans un de ses chants la beauté de Marie et le mois de mai ;
- au siècle suivant, le bienheureux dominicain Henri Suso avait, durant l’époque des fleurs, l’habitude de tresser des couronnes pour les offrir, au premier jour de mai, à la Vierge.
- en 1549, un bénédictin avait publié un livre intitulé «  Le mois de mai spirituel », alors que saint Philippe Néri exhortait déjà les jeunes gens à manifester un culte particulier à Marie pendant le mois de mai où il réunissait les enfants autour de l’autel de la Sainte Vierge pour lui offrir, avec les fleurs du printemps, les vertus qu’il avait fait éclore dans leurs jeunes âmes.

Alain.

Retour aux questions