Le synode entre dans sa dernière phase - 13 mai 2018

Le synode entre dans sa dernière phase

JPEG - 70.2 ko

Dimanche prochain, le curé et les cinq délégués seront à Poitiers pour 36 heures d’échange, de votes et de prières. Voici une partie du texte d’Eric Boone, secrétaire du synode.

La deuxième Assemblée générale du synode se vivra dans quelques jours maintenant. Au souffle de l’Esprit de Pentecôte, les délégués se retrouveront à nouveau pour un temps d’écoute et de discernement, afin d’envisager quelques orientations pastorales missionnaires pour les prochaines années de l’Église catholique en Poitou.
Il ne s’agit pas d’inventer une nouvelle stratégie. Il n’y a pas de stratégie dans l’Évangile, mais une passion pour la rencontre, l’écoute et la marche commune.
Il ne s’agit pas de vouloir sauver une institution qui se sentirait fragilisée. Le salut est déjà donné, une fois pour toutes, par le Christ, offert sur la Croix, et nous vivons de cette mémoire.
Il ne s’agit pas de briller aux yeux du monde par un rassemblement imposant. Ce n’est jamais le souci de l’Évangile qui choisit plutôt la voie de l’humilité et le souci des plus pauvres.

Il s’agit d’abord de célébrer ensemble. Accueillir l’Esprit Saint, le louer et rendre grâce pour tout ce que vit déjà l’Église catholique en Poitou.
Il s’agit de se laisser rassembler, en écoutant les autres, disponibles à leur parole et tous ensemble à la Parole.
Il s’agit de discerner pour que naisse, de cette écoute, un élan pour l’Église.

Le pape François a souhaité qu’au lendemain de la Pentecôte, l’Église catholique, à travers le monde, célèbre la mémoire de la bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église. Avec Marie, au pied de la Croix (Jn 19, 25), nous sommes témoins de l’eau et du sang jaillissant du côté du Christ. C’est toute sa vie qu’il offre ainsi, faisant naître l’Église.

Une Église en synode est une Église qui prend conscience de sa nature profonde : elle se tient avec Marie, au pied de la croix. Là est son lieu natif. Église toujours en naissance qui se reçoit sans cesse du Sauveur donnant sa vie. Église qui écoute le Fils en croix, qui le regarde inlassablement, qui croit et qui consent à ce qui se passe.

Au-delà du texte des Actes synodaux qui sera bientôt promulgué, voici l’expérience à laquelle nous sommes appelés. Puisse le synode être une pédagogie qui nous apprend à vivre en Église toute notre vie !

Nous vous rendrons compte le dimanche après la Pentecôte. Que le Seigneur fasse grandir cette place des générations nouvelles dans son amour.

Père Jérôme

Répondre à cet article