Le livres des Actes des Apôtres -Introduction

La Pentecôte : sermon de Pierre (2, 1-36)

I Aux sources de la vie chrétienne : La BIBLE

L’Eglise qui est en Poitou lit les Actes des Apôtres

Les Actes des Apôtres, dans le Nouveau Testament, se situent entre les quatre évangiles (Matthieu, Marc, Luc et Jean) et les Epîtres de Paul. Ce livre est du même auteur que le troisième évangile ; la tradition la plus ancienne (II° siècle) l’attribue à Luc, sans que le texte lui-même n’en porte mention. Laissons l’auteur lui-même faire le lien entre ses deux ouvrages (Ac 1, 1-2) : « J’avais consacré mon premier livre, Théophile, à tout ce que Jésus avait fait et enseigné, depuis le commencement jusqu’au jour où, après avoir donné, dans l’Esprit Saint, ses instructions aux apôtres qu’il avait choisis, il fut enlevé. »

Pour le lecteur d’aujourd’hui, voici les grandes étapes du livre :

Ch 1 Introduction : préparation des disciples de Jésus à la venue de l’Esprit

  1. Jésus instruit ses disciples et monte aux cieux (1, 1-11)
  2. Dans l’attente de l’Esprit : remplacement de Judas (1, 12-26)

Ch 2, 1 – 8, 1 Mission à Jérusalem

  1. La Pentecôte : sermon de Pierre (2, 1-36)
  2. Réception du message : vie communautaire à Jérusalem (2, 37-45)
  3. Activité, prédication, procès des apôtres (3, 1 – 5, 42)
  4. Les hellénistes ; tolérance procès et martyre d’Etienne (6, 1 – 8, 1)

Ch 8, 1 – 12, 25 Mission en Samarie et en Judée

  1. Dispersion hors de Jérusalem ; Philippe et Pierre en Samarie (8, 1-25)
  2. Philippe et l’eunuque éthiopien sur la route de Gaza (8, 26-40)
  3. Saul en route verts Damas ; retour à Jérusalem et à Tarse (9, 1-31)
  4. Pierre à Lydda, Joppé, Césarée, et retour à Jérusalem (9, 32 – 11, 18)
  5. Antioche ; Jérusalem ; persécution d’Hérode ; départ de Pierre (11, 19 – 12, 25)

Ch 13, 1 – 15, 35 Mission de Barnabé et Saul pour la conversion des « gentils » [les non Juifs] ; approbation à Jérusalem

  1. L’Eglise d’Antioche envoie Barnabé et Saul : mission à Chypre et en Asie mineure du Sud-Est (13, 1 – 14, 28)
  2. Assemblée de Jérusalem et accord ; retour à Antioche (15, 1-35)

Ch 15, 36 – 28, 31 Mission de Paul aux extrémités de la terre

  1. D’Antioche en Grèce via l’Asie mineure et retour (15, 36 – 18, 22)
  2. D’Antioche à Ephèse et en Grèce, retour à Césarée (18, 23 – 21, 14)
  3. Arrestation à Jérusalem ; captivité et procès à Césarée (21, 15 – 26, 32)
  4. Voyage à Rome de Paul prisonnier (27, 1 – 28, 14)
  5. Paul à Rome (28, 14-31)

Pourquoi lire les Actes des Apôtres ?

L’Eglise, périodiquement, a intérêt à faire le bilan de son action, revenir sur les problèmes qui se sont posés à elle, juger les solutions qui y ont été apportées…ou non !. Elle se tourne vers l’avenir et, pour guider son action, elle regarde vers ses temps d’origine.

Que s’est-il donc passé en ce temps-là ? Pour les tout premiers chrétiens, il aurait été tentant de rester bien au chaud dans la communauté de Jérusalem, au sein du judaïsme. Que serait-il advenu du christianisme ? Il n’aurait été qu’une secte parmi bien d’autres de ce temps-là. Mais voilà l’épreuve qui arrive : Etienne est lapidé à cause de sa foi en Jésus ; la communauté se disperse et elle rencontre d’autres gens plus ou moins marginaux : l’éthiopien, les samaritains, un centurion romain. Quelle place leur faire dans l’Eglise ? Sont-ils « impurs » ? (voir l’épisode du centurion Corneille) Faut-il les soumettre à la Loi juive ? Grand débat venu d’Antioche et tranché par l’Assemblée de Jérusalem : (15, 10… 28-29) « Pourquoi provoquer Dieu en imposant à la nuque des disciples un joug que ni nos pères ni nous-mêmes n’avons été capables de porter ? » « L’Esprit Saint et nous-mêmes, nous avons décidé de ne vous imposer aucune autre charge que ces exigences inévitables : vous abstenir des viandes de sacrifices païens, des animaux étouffés et de l’immortalité ».

A partir de là, le christianisme s’ouvre à l’universel : tous les hommes sont appelés au salut ! Telle sera la mission de Paul : annoncer aux païens le salut en Jésus Christ. Même si Jérusalem reste le lieu où l’Eglise est née, le centre n’est plus là : il se trouve à Rome, capitale du monde connu. L’Eglise est là où sont les hommes.

N’avons-nous pas encore aujourd’hui la tentation du repli sectaire sur soi, le réflexe identitaire ? Notre Eglise n’a-t-elle pas aujourd’hui, de nouveau, à entendre Philippe, Pierre, Paul lui crier : Dieu veut habiter au cœur du monde des hommes.

Mais ce monde est vivant ; comme tout vivant, il se transforme et de nouveaux problèmes se posent. A nouveaux frais, l’Eglise doit en prendre conscience et tirer de son fond universel des réponses adaptées à ce temps qui est le nôtre.

La fréquentation des Actes des apôtres ne donnera pas aux communautés chrétiennes des réponses toutes faites : elle leur permettra, au souffle de l’Esprit, de découvrir des réponses nouvelles aux questions des hommes de ce temps.

Joseph CHESSERON