Histoire des Evangiles - Qui dit vrai ?

Histoire des Evangiles

6- Qui dit vrai ?

A la fin du troisième article sur les Origines des Evangiles, nous avons laissé en suspens la question que beaucoup se posent en voyant, d’un évangile à l’autre, des différences et même des contradictions, du moins en apparence : Des quatre, qui dit vrai ? Comme promis, nous allons essayer de répondre à cette question. Mais nous proposons de le faire en deux temps :

1) pour ce mois de mars, en temps de Carême (préparation à Pâques), nous invitons le lecteur à comparer les quatre récits de la mort de Jésus dans chacun des évangiles. Chacun fera comme il voudra : ne pas lire ce qui suit ; le lire rapidement ; ou bien de prendre le temps de noter ce que ces textes ont en commun, les différences, ce que chacun a de particulier. En faisant ce « travail », peut-être commencerons-nous à comprendre que la question : « Qui dit vrai ? » n’est sans doute pas la bonne question.

2) Nous reprendrons tout cela dans le prochain article.

Matthieu 27, 44-46

44 Même les bandits crucifiés avec lui l’injuriaient de la même manière. 45 A partir de midi, il y eut des ténèbres sur toute la terre jusqu’à trois heures. 46 Vers trois heures, Jésus s’écria d’une voix forte : " Eli, Eli, lema sabaqthani " , c’est-à-dire : " Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? " 47 Certains de ceux qui étaient là disaient, en l’entendant : " Le voilà qui appelle Elie ! " 48 Aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge qu’il imbiba de vinaigre ; et, la fixant au bout d’un roseau, il lui présenta à boire. 49 Les autres dirent : " Attends ! Voyons si Elie va venir le sauver. " 50 Mais Jésus, criant de nouveau d’une voix forte, rendit l’esprit. 51 Et voici que le voile du sanctuaire se déchira en deux du haut en bas ; la terre trembla, les rochers se fendirent ; 52 les tombeaux s’ouvrirent, les corps de nombreux saints défunts ressuscitèrent : 53 sortis des tombeaux, après sa résurrection, ils entrèrent dans la ville sainte et apparurent à un grand nombre de gens. 54 A la vue du tremblement de terre et de ce qui arrivait, le centurion et ceux qui avec lui gardaient Jésus furent saisis d’une grande crainte et dirent : " Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu. " 55 Il y avait là plusieurs femmes qui regardaient à distance ; elles avaient suivi Jésus depuis les jours de Galilée en le servant ; 56 parmi elles se trouvaient Marie de Magdala, Marie la mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.

Marc 15, 32-41

32 Le Messie, le roi d’Israël, qu’il descende maintenant de la croix, pour que nous voyions et que nous croyions ! " Ceux qui étaient crucifiés avec lui l’injuriaient. 33 A midi, il y eut des ténèbres sur toute la terre jusqu’à trois heures. 34 Et à trois heures, Jésus cria d’une voix forte : " Eloï, Eloï, lama sabaqthani ? " ce qui signifie : " Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? " 35 Certains de ceux qui étaient là disaient, en l’entendant : " Voilà qu’il appelle Elie ! " 36 Quelqu’un courut, emplit une éponge de vinaigre et, la fixant au bout d’un roseau, il lui présenta à boire en disant : " Attendez, voyons si Elie va venir le descendre de là. " 37 Mais, poussant un grand cri, Jésus expira. 38 Et le voile du sanctuaire se déchira en deux du haut en bas. 39 Le centurion qui se tenait devant lui, voyant qu’il avait ainsi expiré, dit : " Vraiment, cet homme était Fils de Dieu. " 40 Il y avait aussi des femmes qui regardaient à distance, et parmi elles Marie de Magdala, Marie, la mère de Jacques le Petit et de José, et Salomé, 41 qui le suivaient et le servaient quand il était en Galilée, et plusieurs autres qui étaient montées avec lui à Jérusalem.

Luc 23, 39-49

39 L’un des malfaiteurs crucifiés l’insultait : " N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même et nous aussi ! " 40 Mais l’autre le reprit en disant : " Tu n’as même pas la crainte de Dieu, toi qui subis la même peine ! 41 Pour nous, c’est juste : nous recevons ce que nos actes ont mérité ; mais lui n’a rien fait de mal. " 42 Et il disait : " Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras comme roi. " 43 Jésus lui répondit : " En vérité, je te le dis, aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis. " 44 C’était déjà presque midi et il y eut des ténèbres sur toute la terre jusqu’à trois heures, 45 le soleil ayant disparu. Alors le voile du sanctuaire se déchira par le milieu ; 46 Jésus poussa un grand cri ; il dit : " Père, entre tes mains, je remets mon esprit. " Et, sur ces mots, il expira. 47 Voyant ce qui s’était passé, le centurion rendait gloire à Dieu en disant : " Sûrement, cet homme était juste. " 48 Et tous les gens qui s’étaient rassemblés pour ce spectacle, à la vue de ce qui s’était passé, s’en retournaient en se frappant la poitrine. 49 Tous ses familiers se tenaient à distance, ainsi que les femmes qui le suivaient depuis la Galilée et qui regardaient.

Jean 19, 25-30

25 Près de la croix de Jésus se tenaient debout sa mère, la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas et Marie de Magdala. 26 Voyant ainsi sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, Jésus dit à sa mère : " Femme, voici ton fils. " 27 Il dit ensuite au disciple : " Voici ta mère. " Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui. 28 Après quoi, sachant que dès lors tout était achevé, pour que l’Écriture soit accomplie jusqu’au bout, Jésus dit : " J’ai soif " ; 29 il y avait là une cruche remplie de vinaigre, on fixa une éponge imbibée de ce vinaigre au bout d’une branche d’hysope et on l’approcha de sa bouche. 30 Dès qu’il eut pris le vinaigre, Jésus dit : " Tout est achevé " et, inclinant la tête, il remit l’esprit.

En proposant cette recherche, je ne cache pas que mon intention profonde est d’inviter les chrétiens à un temps de réflexion, de méditation même, en relisant en profondeur ces textes qui sont au cœur de notre foi. Ils pourront les éclairer à la lumière du passage de la lettre de Paul aux Philippiens que nous lisons le jour des Rameaux :

5 Comportez-vous ainsi entre vous, comme on le fait en Jésus Christ : 6 lui qui est de condition divine n’a pas considéré comme une proie à saisir d’être l’égal de Dieu. 7 Mais il s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes, et, reconnu à son aspect comme un homme, 8 il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, à la mort sur une croix. 9 C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé et lui a conféré le Nom qui est au-dessus de tout nom, 10 afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse, dans les cieux, sur la terre et sous la terre, 11 et que toute langue confesse que le Seigneur, c’est Jésus Christ, à la gloire de Dieu le Père.

Joseph CHESSERON