Fête de la La Sainte Famille 2013

JPEG - 100.4 ko

Dimanche 29 décembre 2013. La Sainte Famille.

Matthieu 2, 19 à 23 : Il sera appelé Nazaréen.

Murillo. La Sainte Famille à l’oiseau. Vers 1650. Musée du Prado (Espagne).

Après la fuite en Egypte, la Sainte Famille « vint habiter dans une ville appelée Nazareth ». Mystère de la vie cachée du Fils de Dieu dans une vie humaine ordinaire : jeux de l’enfance, travail, amour mutuel.

Murillo n’a pas eu besoin d’auréoles ou de signes religieux pour représenter la Sainte Famille dans sa vie quotidienne à Nazareth, ennoblie par le rayonnement de l’amour. Découvrons son œuvre faite de grâce et de douceur, un art aimable à travers un naturalisme tout simple.

Joseph, homme jeune, prend une grande place au centre.
Son vêtement, une sorte de blouson noir, en gros tissu, comme la couverture qui lui couvre les jambes, sandale au pied. Assis sur un banc. Derrière lui, un établi, une scie posée à son pied, d’autres outils posés dessus. C’est bien l’artisan charpentier, le travailleur, mais aussi le père qui encadre Jésus de ses deux mains.

Jésus s’appuie d’un bras sur la jambe de Joseph ; son corps cambré souligne un grand mouvement (diagonale) reliant le petit chien à la tête de Joseph ; il brandit dans sa main droite un oisillon à faire échapper au danger. Jeu d’enfant, tout sourire.

Marie, forte femme, elle aussi aux vêtements rudes, travaille à son ouvrage : panier d’osier très réaliste, plein d’étoffes blanches, tour à filer, pelote à la main.
Silencieuse, mais posant un regard attendri sur son fils.

Un moment paisible et joyeux dans la vie d’une famille. Faut-il mettre des mots sur les sentiments de chaque personne ? Prenons le temps d’approfondir. Les humbles sont invités à participer.

« Que Nazareth nous enseigne ce qu’est la famille, sa communion d’amour, son austère et simple beauté, son caractère sacré et inviolable… »

(Paul VI à Nazareth, en 1964)

Par le père Jacques Lefebvre
Voir les autres présentations de Jacques Lefebvre
Voir les vidéos de "La bible en images" de Jacques Lefebvre