Evangile Marc - Sabbat

LE SABBAT

Dans l’Evangile, en particulier dans Marc, La question du sabbat est souvent posée. Jésus, tout en respectant l’esprit du sabbat, s’opposera aux responsables religieux de sa nation.

Nous proposons d’aborder ce problème et d’en voir les enjeux pour nous aujourd’hui. Nous le ferons en deux temps : dans un 1er article, le lecteur pourra prendre connaissance des principaux textes concernant le sabbat dans le Premier et dans le Second Testaments ; dans un 2ème article, nous en tirerons les principales lignes de force.

Genèse 2, 1-3 : Dieu se repose le 7ème jour

1 Le ciel, la terre et tous leurs éléments furent achevés. 2 Dieu acheva au septième jour l’œuvre qu’il avait faite, il arrêta au septième jour toute l’œuvre qu’il faisait. 3 Dieu bénit le septième jour et le consacra car il avait alors arrêté toute l’œuvre que lui-même avait créée par son action.

Exode 20, 8-11 : Le sabbat rattaché à la création

8 Que du jour du sabbat on fasse un mémorial en le tenant pour sacré. 9 Tu travailleras six jours, faisant tout ton ouvrage, 10 mais le septième jour, c’est le sabbat du SEIGNEUR, ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, pas plus que ton serviteur, ta servante, tes bêtes ou l’émigré que tu as dans tes villes. 11 Car en six jours, le SEIGNEUR a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le SEIGNEUR a béni le jour du sabbat et l’a consacré.

Deutéronome 5, 12-15 Le sabbat rattaché à la libération d’Egypte

12 Qu’on garde le jour du sabbat en le tenant pour sacré comme le SEIGNEUR ton Dieu te l’a ordonné. 13 Tu travailleras six jours, faisant tout ton ouvrage, 14 mais le septième jour, c’est le sabbat du SEIGNEUR ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bœuf, ni ton âne, ni aucune de tes bêtes, ni l’émigré que tu as dans tes villes, afin que ton serviteur et ta servante se reposent comme toi. 15 Tu te souviendras qu’au pays d’Égypte tu étais esclave, et que le SEIGNEUR ton Dieu t’a fait sortir de là d’une main forte et le bras étendu ; c’est pourquoi le SEIGNEUR ton Dieu t’a ordonné de pratiquer le jour du sabbat.

Amos 8, 4-6 : Un culte qui méprise la justice

4 Ecoutez ceci, vous qui vous acharnez sur le pauvre pour anéantir les humbles du pays, 5 vous qui dites : « Quand donc la nouvelle lune sera-t-elle finie, que nous puissions vendre du grain, et le sabbat, que nous puissions ouvrir les sacs de blé, diminuant l’épha, augmentant le sicle, faussant des balances menteuses, 6 achetant des indigents pour de l’argent et un pauvre pour une paire de sandales ? Nous vendrons même la criblure du blé ! »

Marc 2, 23-28 : Le sabbat au service de l’homme

23 Or Jésus, un jour de sabbat, passait à travers des champs de blé et ses disciples se mirent, chemin faisant, à arracher des épis. 24 Les Pharisiens lui disaient : « Regarde ce qu’ils font le jour du sabbat ! Ce n’est pas permis. « 

[25] Et il leur dit : « Vous n’avez donc jamais lu ce qu’a fait David lorsqu’il s’est trouvé dans le besoin et qu’il a eu faim, lui et ses compagnons, 26 comment, au temps du grand prêtre Abiatar, il est entré dans la maison de Dieu, a mangé les pains de l’offrande que personne n’a le droit de manger, sauf les prêtres, et en a donné aussi à ceux qui étaient avec lui ? » 27 Et il leur disait : « Le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat, 28 de sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat. »

Marc 3, 1-6 : Guérit le jour du sabbat ?

1 Il entra de nouveau dans une synagogue ; il y avait là un homme qui avait la main paralysée. 2 Ils observaient Jésus pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat ; c’était pour l’accuser. 3 Jésus dit à l’homme qui avait la main paralysée : « Lève-toi ! viens au milieu. » 4 Et il leur dit : « Ce qui est permis le jour du sabbat, est-ce de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver un être vivant ou de le tuer ? « Mais eux se taisaient. 5 Promenant sur eux un regard de colère, navré de l’endurcissement de leur cœur, il dit à cet homme : « Étends la main. » Il l’étendit et sa main fut guérie. 6 Une fois sortis, les Pharisiens tinrent aussitôt conseil avec les Hérodiens contre Jésus sur les moyens de le faire périr.

Jean 5, 9-18 : Dans le récit de la guérison d’un paralysé le jour du sabbat

9 Et aussitôt l’homme fut guéri ; il prit son grabat, il marchait. Or ce jour-là était un jour de sabbat. 10 Aussi les Juifs dirent à celui qui venait d’être guéri : « C’est le sabbat, il ne t’est pas permis de porter ton grabat. » 11 Mais il leur répliqua : « Celui qui m’a rendu la santé, c’est lui qui m’a dit : « Prends ton grabat et marche. » 12 » Ils l’interrogèrent : « Qui est cet homme qui t’a dit : « Prends ton grabat et marche » ? » 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était, car Jésus s’était éloigné de la foule qui se trouvait en ce lieu. 14 Plus tard, Jésus le retrouve dans le temple et lui dit : « Te voilà bien portant : ne pèche plus de peur qu’il ne t’arrive pire encore ! » 15 L’homme alla raconter aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. 16 Dès lors, les Juifs s’en prirent à Jésus qui avait fait cela un jour de sabbat. 17 Mais Jésus leur répondit : « Mon Père, jusqu’à présent, est à œuvre et moi aussi je suis à œuvre. » 18 Dès lors, les Juifs n’en cherchaient que davantage à le faire périr, car non seulement il violait le sabbat, mais encore il appelait Dieu son propre Père, se faisant ainsi l’égal de Dieu.

Jean 9, 15-16 : Dans le récit de la guérison de l’aveugle-né le jour du sabbat

15 A leur tour, les Pharisiens lui demandèrent comment il avait recouvré la vue. Il leur répondit : « Il m’a appliqué de la boue sur les yeux, je me suis lavé, je vois. » 16 Parmi les Pharisiens, les uns disaient : « Cet individu n’observe pas le sabbat, il n’est donc pas de Dieu. » Mais d’autres disaient : « Comment un homme pécheur aurait-il le pouvoir d’opérer de tels signes ? » Et c’était la division entre eux.

Joseph CHESSERON