Joseph ou la réussite d’un immigré

Et si nous lisions ensemble… la Bible (14)

Revenir à : Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (13)
Aller à : Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (15)

Joseph ou la réussite d’un immigré (Gn 37-50)

L’histoire de Joseph revêt une double importance :
- elle ne couvre pas moins de 12 chapitres (le cap 38 nous raconte une autre histoire),
- elle clôt le cycle des patriarches, qui nous rapporte les premiers temps de l’histoire humaine sous forme de mythes et de légendes.

1. Un chouchou insupportable (Gn 37).

Joseph est, avec Benjamin, enfant de Rachel, l’épouse chérie de Jacob. Ce dernier manifeste sa préférence pour Joseph en lui accordant un statut privilégié dans l’assemblée de ses frères. Le moins qu’on puisse dire est que ses frères ne le portent pas dans leur coeur. Et pour en ra-jouter, Joseph leur raconte des rêves qui le mettent en valeur à leur détriment ! Ils trouvent moyen de se débarrasser de lui et font croire à leur père, Jacob, qu’il a été tué par une bête sauvage. Désespoir de leur vieux père ! En réalité, ils l’ont rejeté dans une fosse d’où il a été tiré par des marchands pour être vendu comme esclave en Égypte.

2. Un émigré qui fait son chemin

« Le seigneur fut avec Joseph qui s’avéra un homme efficace » (39, 2). Grâce à la protection divine Joseph monte dans la hiérarchie sociale. Sur une fausse accusation de la femme de son maître à laquelle il refuse de céder, Joseph se retrouve en prison. Mais « le Seigneur fut avec lui » (39,21). C’est son don d’interprétation des rêves qui le tire de ce mauvais pas : il donne le sens du rêve prémonitoire que font deux officiers emprisonnés avec lui, et surtout, il donne le sens des songes de Pharaon. Cette prouesse fait rentrer Joseph dans les grâces du souverain qui en fait son bras droit. C’est lui qui est chargé de gérer toute l’économie de l’Égypte. Elle est florissante, mais la famine fait son apparition au bout de sept ans…

3. Un frère qui domine et qui pardonne

« La famine sévissait dans tous les pays mais dans l’Égypte tout entière il y avait du pain » (41,54). Jacob en est réduit à envoyer ses fils en Égypte pour acheter du grain. Ils ne reconnaissent pas leur frère Joseph qui garde l’incognito. Joseph, alors, se livre à toute une série de mises à l’épreuve pour jauger ces frères qui l’ont livré. La tension du récit est à son comble lorsque Joseph décide de retenir auprès de lui son plus jeune frère, Benjamin, né de la même mère. C’est un drame pour les frères aînés qui doivent se résoudre à laisser Benjamin comme otage s’ils ne veulent pas que le peuple d’Israël meure de faim. Vous découvrirez comment les choses se dénouent, selon les meilleurs ressorts dramatiques des romans de Victor Hugo !

Conclusion.

Ce n’est pas la morale qui intéresse le narrateur biblique. En effet, il ne juge ni l’attitude de Joseph provoquant la jalousie de ses frères, ni leur comportement en abandonnant Joseph à son sort, ni leurs mensonges à Jacob, ni l’attitude quasi sadique de Joseph devenu un person-nage important. L’essentiel n’est pas là. Il est dans la certitude que Dieu aide toujours son fi-dèle. Dieu prend fait et cause pour le juste, alors même que les hommes et les circonstances sont contre lui. Ainsi Joseph fait une lecture théologique de ses aventures (45, 5.7.8.9). En fin de compte, c’est Dieu qui juge du bien et du mal : « Suis-je en effet à la place de Dieu ? Vous avez voulu me faire du mal, Dieu a voulu en faire du bien : conserver de la vie un peuple nombreux comme cela se réalise aujourd’hui » (50,19-20). La mort de Joseph (à 110 ans) clôt le cycle des patriarches. Il est étonnant de constater qu’après avoir consacré de longs chapitres à Joseph, l’Ancien Tes-tament n’y fasse que peu de références, mise à part la transition entre le livre de la Genèse et celui de l’Exode (Ex 1, 5-6.8). Nous retrouvons une allusion à Joseph, dans les Actes des Apô-tres, dans le long discours d’Étienne devant le Sanhédrin, avant sa lapidation, dont un certain Paul sera le témoin (Ac 7,9-16). Ainsi se termine le livre des origines, la Genèse.

Alain.

Revenir à : Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (13)
Aller à : Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (15)