Eglise st-Hilaire de Melle

EGLISE DE MELLE Note d’intention

L’église de Melle se découvre singulière. Elle donne en effet le sentiment d’être blottie dans son territoire, à l’image d’une « boite » enfoncée dans le sable. Cette église n’est pas un simple bâtiment posé sur le sol, elle fait corps avec la région elle-même et se révèle à vous en descendant.

L’idée centrale du projet est d’accentuer cette sensation de découverte progressive et d’ancrage terrestre en imaginant que lorsque cette « boite » s’est enfoncée dans le sol, est alors venue émerger la face visible d’une forme minérale massive. Une révélation qui semble antérieure – et non postérieure - à la construction de l’église elle-même ; une présence minérale qui pourrait même justifier que l’église fut construite là. En écho à l’extrême attention portée aux énergies telluriques des pierres et des territoires dans l’édification des églises romanes, ce lieu de culte aurait été bâti sur cette zone spécifique pour l’énergie perceptible qui s’en dégage.

Ce jeu entre construction antérieure ou postérieure permet de générer un relief et ainsi une hiérarchie entre le célébrant et les fidèles, qui apparaît comme naturelle. Le célébrant utilise simplement la topologie du lieu pour mieux se faire entendre. Induire que cette forme massive pourrait être antérieure à la construction de l’église permet aussi de la rendre indépendante de la géométrie du bâtiment, libre dans ses courbes... Subtilement, elle invite alors parfois le visiteur à l’explorer mais sait aussi discrètement l’écarter dans la zone déambulatoire, par exemple, où il est préférable que personne n’accède au choeur. Une signalétique instinctive, en quelque sorte...

Le choix du matériau Corian® s’est assez vite imposé, comme une matière à base minérale qui conserve une étrangeté toute particulière... Il permet de créer, sans joints apparents, un bloc de minéralité homogène. Ce bloc est formé de strates successives dont le but n’est pas d’imiter un rocher mais plutôt de rappeler la formation sédimentaire des minéraux.

Le mobilier liturgique (autel, ambon et assise du célébrant) seront eux fabriqués avec la même roche que celle de l’église (ou approchante)... laissant imaginer qu’ils furent révélés, soulevés... quand l’église s’est enfoncée dans le sol et a pris ses marques.

L’imbrication entre l’église et cette masse minérale est complétée par le baptistère creusé dans la plateforme, à même la matière. L’eau qu’il accueille semble être celle qui coule dans la rivière en contrebas de l’église. Tout est enchevêtré.

Mathieu Lehanneur, Designer.

JPEG - 159.5 ko
Ambon
JPEG - 135.4 ko
Autel et ambon
JPEG - 146.9 ko
Baptistère
JPEG - 135.8 ko
Choeur
JPEG - 89.1 ko
Nef vue du coeur