CAREME 2013 EN SYRIE 14 février 2013

CAREME 2013 EN SYRIE :
DE L’INQUIETUDE A L’ESPERANCE !

1) MERCI BENOIT XVI : La démission du Saint Père a beaucoup ému les Chrétiens d’Orient et de Syrie tout spécialement… La prière et Les appels de BENOIT XVI pour la paix en Syrie, ont rendu le Pape si proche de ce peuple oublié. Plusieurs gestes de solidarité ont montré l’affection paternelle du Saint Père envers la population souffrante de Syrie.

Le Synode des Eglises du Moyen Orient en Octobre 2010 avait lancé les bases d’une Feuille de Route.. Voie de Salut. Merci très cher Saint Père, de votre enseignement, de l’Exhortation Apostolique Ecclésia in Medio Orienta que vous nous avez confiée le 14 septembre 2012 au Liban.

Avec vous Sainteté nous avons appris à mieux connaître et aimer JESUS-CHRIST et FAIRE EGLISE ENSEMBLE. Et nous continuerons ce chemin ensemble en ce temps de carême que vous avez choisi pour continuer autrement votre mission.

2) OSER L’IMPOSSIBLE :
Aucun des 15 patriarches et Archevêques des Eglises Grecques Orthodoxes dans le monde, n’a osé venir à Damas le 10 février 2013 pour assister selon la coutume à l’installation du nouveau Patriarche Grec Orthodoxe d’Antioche Jean X.
Sa Béatitude le Cardinal maronite Béchara Boutros RAII était le seul qui a osé franchir la frontière Libano-Syrienne pour assister à la messe d’installation du nouveau Patriarche Grec Orthodoxe Jean X à Damas. Et ceci malgré la tension qui marque les relations entre les deux pays.
Cette visite historique du Patriarche Maronite, a été saluée avec enthousiasme par les Maronites et les Chrétiens de Damas qui ont pleuré de joie se bousculant par milliers à saluer ce messager de Paix d’Unité et d’Espérance.

Le patriarche Maronite est bien familier aux chrétiens de Syrie : il anime depuis plus de 30 ans une émission télévisée hebdomadaire sur la Parole de Dieu et l’Enseignement de l’Eglise ; prêtre, évêque, patriarche et cardinal,sa Béatitude n’a pas manqué une fois cet instrument d’Evangélisation.

3) EXODE D’UNE EGLISE :
L’Eglise grecque orthodoxe représente 60% des chrétiens de Syrie. Son siège patriarcal se trouve à Damas. La crise syrienne qui dure depuis deux ans a beaucoup affecté et affaibli cette Eglise. L’hémorragie a dispersé plus de la moitié des paroisses. Plusieurs dizaines de milliers ont quitté le pays vers les pays voisins cherchant refuge et exile dans les quatre coins du monde.

Déjà entre 1860 et 1920 plus d’un million et demie de grecs orthodoxes ont quitté le Proche Orient. Ils sont très nombreux au Brésil, Argentine et aux USA où ils ont plus de 400 paroisses.

Une cathédrale à moitié vide a accueilli le nouveau patriarche le 20 décembre dernier. Alors que la cérémonie d’installation avait réuni des officiels en absence des patriarches orthodoxes. Une autre cérémonie plus importante est prévue le 17 février 2013 à Beyrouth. La place forte des Grecs Orthodoxes se déplace hélas de Damas à Beyrouth. Or le Liban n’est qu’un anti-chambre de l’exode vers d’autres cieux plus cléments.

La guerre de l’Irak a provoqué l’exode massif de ses chrétiens…La guerre de Syrie aura-t-elle les mêmes conséquences ?

L’affaiblissement des Grecs Orthodoxes, épine dorsale du christianisme syrien, remet en question l’avenir de toute la minorité chrétienne de Syrie.

En ce troisième carême de souffrance, le calvaire du peuple syrien continue.. Trois prêtres ont été enlevés samedi 9 févier 2013. Merci de les porter avec les milliers de disparus dans votre prière à Notre Dame des Sans Abris.

Damas le 14 février 2013 +Samir NASSAR

Archevêque Maronite de Damas