Face au Front national, luttons pour l’espérance

Le 28 avril 2017
Face au Front national, luttons pour l’espérance

Au lendemain du 1er tour de l’élection présidentielle, l’Action Catholique Ouvrière tient à exprimer sa profonde indignation ! La candidate de l’extrême droite utilise la misère des travailleurs qui vivent avec la peur
de perdre leur emploi ou qui en sont privés, de ceux qui subissent la précarité. Elle oppose les hommes et
femmes de notre pays. Elle cherche à récupérer leur colère, leurs mécontentements, leurs peurs.

Ancrée dans la vie des travailleurs, l’ACO rappelle l’engagement constant du mouvement ouvrier dans la lutte
contre l’extrême droite et la xénophobie.
Fidèles à ceux avec qui nous vivons, travaillons, luttons, nous dénonçons l’imposture sociale que représentent
le programme et l’action du Front National.

Ce parti cherche à se faire passer comme un rempart face aux dangers de la mondialisation. Pourtant ses élus
au parlement européen refusent systématiquement de voter des lois en faveur des salariés (renforcement des
droits des salariés, égalité homme/femme, santé au travail…). Ils s’opposent à tout texte luttant contre
l’évasion fiscale et les délocalisations mais votent pour le secret des affaires. Leurs sénateurs quant à eux,
lorsqu’ils ne sont pas absents, déposent des amendements visant à libéraliser davantage le marché du travail
et à contourner l’action des syndicats.

Dans les villes gérées par le Front National et la droite extrême, certains de nos concitoyens et leurs enfants
font l’objet de provocations et de discriminations en raison de leur origine et de leur religion. Nous assistons
également à des attaques contre le monde syndical et associatif y compris caritatif. Des membres ACO en
témoignent :
« Les premières mesures répressives, à l’encontre de notre comité, n’ont pas tardé : diminution, puis
suppression de la subvention municipale annuelle ; interdiction de participer aux manifestations
de la ville ; suspension des mises à disposition de matériel et autres aides.
Au-delà de ces mesures intimidantes, on veut nous voir disparaître »

Chrétiens, nous n’acceptons pas que certains, au mépris de l’Evangile puissent brandir leur foi comme une
bannière et appeler à voter pour un parti qui prône le rejet de l’autre différent et le mépris du plus faible.

Devant cette situation, nous devons opposer un véritable barrage social à la candidate de l’extrême droite.
Nous l’affirmons : pas une voix ne doit aller au Front National le 7 mai !
Nous appelons d’ores et déjà les travailleurs, les jeunes, les retraités à voter pour des candidats porteurs des
valeurs de justice sociale lors des prochaines élections législatives.
Bien sûr nous savons, devant le choix que nous « offre » ce deuxième tour de l’élection présidentielle, qu’il
nous faudra lutter durant les 5 ans à venir pour défendre nos droit sociaux, pour retrouver notre dignité
fréquemment bafouée au nom de la logique de l’argent, du profit, de ce système libéral. C’est pourquoi nous
appelons les travailleurs à prendre toute leur place dans les organisations syndicales et ouvrières et
notamment à participer aux manifestations du 1er mai.

La seule manière de lutter efficacement contre le Front National est de construire un avenir de justice pour et
avec nos concitoyens, en particulier ceux qui sont le plus touchés par la précarité et la peur du lendemain ; Oui,
bien vivre ensemble est possible dans le respect de la dignité de chacun et de notre environnement ! Nous y
croyons et le vivons déjà par l’engagement solidaire de nombreuses personnes. Sous la devise « liberté,
égalité, fraternité", faisons vivre au quotidien la République sociale partout en France.

Croyants en Jésus Christ, avec tous ceux qui, dans le souffle de l’Evangile s’engagent dans la construction d’un
monde de justice et de solidarité, nous ne nous tairons pas ! Nous lutterons contre toute proposition
conduisant à l’exclusion et à la division.

« Je vous le dis : si eux se taisent, les pierres crieront. »
Evangile selon St Luc 19,40
Le Secrétariat national de l’Action catholique ouvrière