C’est toujours le temps fort de la foi

Une cinquantaine de personnes des Communautés de la Ville de Niort ont répondu présentes à la rencontre de formation qui s'est tenue le 20 mars à Niort

 

 

"Accompagnement du deuil "

Il ne s'agit pas de se rassurer devant un avenir incertain, mais bien
de proposer
un chemin pour la Foi.
C'est dans ce registre que nous voulons situer ce qui suit.

Ceux qui répondent à cet appel sont, la plupart du temps des chrétiens fidèles à leur baptême dont la Foi a soutenu et coloré toute leur existence. Ils n'ont peut-être que peu ou plus d'activité professionnelle, mais ils poursuivent leur vie d'hommes et de femmes en continuant à servir les autres : enfants, petits-enfants, quartier, municipalité, association, communauté...

C'est dans cette dynamique du don que s'inscrit leur volonté de se mettre au service des familles endeuillées.
Ici une nouvelle route s'ouvre pour eux donnant du souffle à leur témoignage, sollicitant leur goût des autres, s'enracinant dans leur vécu, et les appelle à rester acteurs de leur recherche de Foi.

Approcher les familles au moment d'un deuil est une démarche de vérité pour la Foi, aucun chrétien n'est naïf quand il s'agit d'entendre les cris et de comprendre les silences de l'épreuve qui n'épargne personne.

La réponse que ces personnes font à cet appel, manifeste leur capacité à se laisser saisir par le Christ vivant qui est lui-même source féconde au cœur de ces rencontres douloureuses et fraternelles.

Sommes-nous prêts ? Saurons-nous tout faire ?
Et si nous sommes critiqués ?

 

 

À vouloir répondre à ces questions,
nous risquons d'éteindre l'élan de la Foi.

Certes les documents, les échanges, les témoignages assurent les futurs acteurs, mais rien ne remplace le désir de se livrer aux frères en souffrance.

Ici, comme en d'autres rencontres du diocèse, nous avons vu s'ouvrir un vrai chemin de vérité, de générosité, d'humanité pour ceux qui se disposent à ce service.

C'est dans une vraie maturité humaine qu'ils ont puisé les mots justes de la proximité, de la compassion, du respect et de la Foi de l'Église pour s'exercer à rédiger des mots d'accueil. Le désir de se faire proche de ceux qui pleurent oblige à s'ajuster à la Croix et à la Résurrection du Christ pour balbutier la Parole d'espérance chrétienne.

Ceux qui prennent ce chemin d'acteurs dans le service du deuil honorent la quête du sens de la vie portée par beaucoup de nos contemporains et donnent à voir une Église "servante d'humanité".

Parce que des témoins nous en ont parlé, parce que les prêtres et laïcs s'enrichissent mutuellement de leur savoir faire, le chemin d'accompagnement du deuil n'est pas celui de la lassitude mais celui de la confiance et du courage de la Foi.

S'approcher de la mort des autres c'est consentir à se laisser rejoindre dans cet espace si secret du vivre et du mourir qui habite chacun.

En confiant ce service aux chrétiens, l'Église ouvre l'horizon des chercheurs de Dieu, premiers bénéficiaires de la marche. Elle mise sur leur capacité baptismale à être les témoins de la mort et de la résurrection du Christ au cœur de leur communauté, et tout au long de leur vie.

 

C'est le temps de la marche,
c'est le
temps de la Foi.

Gisèle Bulteau