Pastorale des funérailles

 
Après un décès, quand la famille souhaite qu’une sépulture chrétienne soit donnée au défunt, elle contacte un prêtre.
Dans la plupart des Communautés Locales du diocèse,
il existe des petites équipes appelées « Deuil et Espérance » qui sont envoyées auprès des parents afin de préparer la cérémonie de sépulture et les aider à choisir les lectures, les prières et les chants.

La perception de la mort évolue avec la société.
 
- Au temps de nos grands parents,
le défunt était enterré à proximité de son lieu de vie et son environnement humain, amis, connaissances proches ou lointaines, collègues de métier…se sentait concerné par cette disparition et tenait à rendre un dernier hommage au défunt.
 
- Aujourd’hui, de plus en plus, 
la mort est considérée comme un échec scandaleux
remettant en cause les valeurs actuelles de la société :
jeunesse, dynamisme, réussite, efficacité, maîtrise de la science et des techniques.
 
La mort n’appartient plus qu’au domaine privé.
 
Cependant la confrontation avec cet événement tragique
demeure encore un temps où la sensibilité s’exerce de façon particulièrement vive et cette expérience douloureuse interroge les proches du disparu sur le sens même de l’existence, de leur existence.
 
Il y a alors, au sein de la famille,
un cheminement intérieur qui l’amène à découvrir ou à redécouvrir
le point de vue chrétien sur la mort.
Elle attend des paroles d’espérance, elle a besoin d’être écoutée, réconfortée.
 
- Le rôle des équipes "Deuil et Espérance"
est de compatir à la souffrance de l’entourage du disparu,
d’accompagner le début du deuil par des paroles apaisantes, ceci au nom de l’Eglise.
C’est avant tout un devoir chrétien de charité. 
 
En rencontrant la famille, les équipes doivent d’abord les laisser s’exprimer, évoquer celui qui vient de les quitter, entendre leur souffrance.
Puis vient le moment de parler de la cérémonie de sépulture à l’église.
 
Les représentants de la Communauté Locale
proposent aux proches de choisir les intentions de prière,
les lectures de la Parole de Dieu, éventuellement les chants ou la musique,
les mieux adaptés à la personnalité du défunt, aux circonstances de son décès.
 
- C’est dans la liturgie des funérailles que se trouve exprimée la signification de la mort chrétienne :
l’acte de mourir nous greffe sur le Christ mort et ressuscité ;
 
en participant à sa mort nous participons à sa Résurrection. 
 
- L’équipe (généralement deux personnes) sera présente à la cérémonie.
Elle prépare les lieux, accueille le défunt au nom de la Communauté Chrétienne, participe aux lectures et aux chants.
Sur demande de la famille,
un de ses membres se rendra éventuellement au cimetière
pour une dernière prière au moment de l’inhumation.
Ensuite, elle pourra également conserver des liens avec parents et amis du défunt
qui ont partagé avec elle ce moment fort de compassion, de recueillement, de prière.
On se rend compte, même chez ceux qui n’ont conservé que peu de liens avec l’Eglise, combien l’Espérance en la Résurrection est forte
et combien est nécessaire cette cérémonie solennelle pour, selon l’expression, "faire le deuil" dans la sérénité.
 
Chaque inhumation est une expérience particulière, émouvante, différente.
Les équipes d’accompagnement,
convaincues de l’utilité de leur action auprès de leurs frères en peine,
en retirent un profond enrichissement spirituel.