04.Je crois au Saint Esprit, à la Sainte Eglise ...

Revenir à la conférence précédente __________ Aller à la conférence suivante

Je crois au Saint Esprit...

Notre credo n’est pas très équilibré, avouons-le. Au Père, il ne consacre qu’une seule ligne ; au Fils, il attribue treize propositions .... l’Esprit Saint apparaît comme l’enfant pauvre de notre théologie, et pourtant il traverse de sa présence l’ensemble des Écritures, il continue son œuvre dans l’Église d’hier comme celle d’aujourd’hui, et dans le cœur du croyant !

L’Esprit Saint (dans le premier Testament)

Le mot « esprit » (Rouha en hébreux ; Pneuma en grec ; spiritus en latin) veut dire « souffle » !
Le « souffle de Dieu », c’est d’abord le vent, ce vent mystérieux ...
L’Esprit est le Souffle divin de la Création :
Ensuite, ce « souffle » fut connu comme l’Esprit de Dieu animant les juges (Gédéon, Samson, Jephté), les rois, les prophètes. On ne sait pas encore qu’il est une personne ; mais on sait que ce souffle fait vivre et fait penser. Il sera le don des temps messianiques....
Enfin, il est identifié à la Sagesse, par la tradition biblique.
C’est l’Esprit de Sagesse dont nous parle Isaïe 11, 1-4 (à l’origine des sept dons de l’Esprit !) La tradition la plus pure de la pensée sémitique va s’enrichir au contact de la pensée grecque, apportée en Israël, à la suite de la conquête d’Alexandre le Grand, deux siècles avant notre ère. La littérature sapientielle est le fruit de ce mélange des deux cultures. Dans ces livres : Qohéleth ; Ben Sirac le Sage ; Proverbes ; Livre de la Sagesse... la Sagesse est personnifiée, elle est comme le fruit du souffle divin, l’intelligence de Dieu offerte à l’homme pour rayonner de la présence de Dieu !

L’Esprit Saint (dans le deuxième Testament)

...Nous l’avons évoqué tout à l’heure, l’Esprit-Saint dont nous parle le Nouveau Testament et différent de celui du Premier Testament, il est en effet présenté comme une personne. Cette personne, au même titre que le Père et le Fils, est Dieu lui-même.
Jésus a été conçu du Saint Esprit. Il est tout entier fruit de l’Esprit. .... L’Esprit ne saisit pas Jésus comme du dehors, car il est chez lui en Jésus, il est l’Esprit de Jésus comme il est l’Esprit du Père.
Jésus a été baptisé dans l’Esprit, au bord du Jourdain : « L’Esprit descendit sur lui...
« Et tout de suite, raconte Matthieu : Jésus, rempli de l’Esprit Saint, fut conduit par l’Esprit au désert », ... Jésus est baptisé dans l’Esprit. Il l’est dans l’épreuve de la tentation.
Alors Jésus agit dans l’Esprit. En Lui, il affronte le mal, guérit les malades, délivre des esclavages. En Lui, il commence sa mission. Souvenons-nous de son discours dans la synagogue de Nazareth. Il agit dans l’Esprit.
Jésus meurt en « remettant son Esprit »
C’est dans la puissance de l’Esprit que Jésus ressuscite (Rom 1, 4 ; 1 Petr 3, 18). La Résurrection est l’acte le plus chargé d’Esprit dans la vie de Jésus. ... L’Esprit, c’est le souffle divin de la Résurrection. ....Restauration intégrale de l’homme par l’Esprit qui ressuscite. Et ce souffle du Ressuscité, c’est Jésus qui nous le donne ; ...

L’Esprit Saint (dans le Credo de Nicée-Constantinople)

Dans le Symbole de Nicée Constantinople, la proposition sur l’Esprit Saint est plus développée que celle du Symbole des Apôtres :
« Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie ; il procède du Père [et du Fils] ; avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire ; il a parlé par les prophètes. » ... l’Esprit agit au cœur des hommes et au cœur du monde.

...qui est Seigneur...

Dans une grande fidélité aux Écritures, les Pères conciliaires font un inventaire des attributs de l’Esprit Saint. Comme le Père et le Fils, il est Seigneur, nous avons souligné dans notre recherche sur le Christ, ce que veut dire cette Seigneurie ! Affirmer qu’il est Seigneur c’est reconnaître qu’il est Dieu au même titre que le Père et que le Fils, c’est donc affirmer que les trois Seigneurs appartiennent bien à la nature divine qu’ils partagent en commun, qui fait de ces trois un seul et même Dieu. Quand nous parlons de Dieu en christianisme, il nous faut compter jusqu’à trois, et aller jusqu’à l’Esprit. Dieu n’est pas que créateur et sauveur, il est aussi sanctificateur, inspirateur au plus intime de la personne et de l’univers....

…qui donne la vie…

Depuis le souffle qui anime Adam, lors de la création jusqu’à celui qu’Ézéchiel nous décrit dans sa vision des ossements desséchés (Ez. 37,1-14) nous découvrons que le souffle de l’Esprit donne la vie ! Le souffle de vie, d’origine divine anime tous ceux qui vivent sur cette terre. Cette Rouah, ce souffle divin est indispensable à la vie. Lorsque le Christ meurt sur la croix il « remet son Esprit au Père » il expire ! Le souffle créateur déjà présent, planant au dessus des eaux, lors de la création, il va féconder le sein de Marie, « la couvrant » pour lui donner la Vie de Jésus. À la fin de sa vie, Jésus rend au Père l’Esprit, ayant accompli sa mission ! ..

...il procède du Père...

....Le texte du quatrième Évangile a inspiré les Pères des Conciles de Nicée et de Constantinople, en affirmant que l’Esprit procède du Père, ils affirment du même coup qu’il n’est pas plus que le Fils, dans sa relation au Père, l’un est engendré (le Fils) et l’autre procède, il est envoyé du Père, il vient du Père, autrement dit, il est de même nature, il lui est égal. Procéder veut dire venir de. L’Esprit Saint est envoyé par le Père, il vient de lui comme le Fils. Il est le don du Père.....

...avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire...

....La parfaite identité entre les trois personnes divines trouve encore une nouvelle expression ; tous trois reçoivent « même adoration et même gloire » autre façon d’affirmé l’égalité des personnes et la nature divine de chacune et des trois.

...il a parlé par les prophètes...

Les Pères du Concile affirment l’inspiration divine de ceux que Dieu a envoyé comme prophètes à son peuple Israël. Il n’y a pas plusieurs Esprit. C’est le même qui agit chez les prophètes comme à la Pentecôte ! L’Esprit Saint est présent, comme germe de Dieu, dans toute l’histoire des croyants. Il est celui qui inspire et qui éclaire, il donne intelligence et discernement, il donne force et vérité à l’enseignement des « Portes Paroles » c’est-à-dire les prophètes.

...à la sainte Église Catholique...

C’est à partir du moment où nous avons nommé l’Esprit saint que nous pouvons parler de l’Église. Celle-ci est une dimension, capitale mais non exclusive, de la présence de l’Esprit dans le monde. Elle est la communauté rassemblée par le souffle de la Pentecôte pour entendre la Bonne Nouvelle de Jésus ressuscité. Elle est le Peuple de Dieu devenant Corps du Christ et Temple de l’Esprit.
Deux qualificatifs accompagnent ici la mention de l’Église : « sainte » et « catholique ». Ce ne sont pas des constats : nous vérifions tous les jours le péché et l’étroitesse de l’Église. On dit, non sans une pointe d’humour, l’Église est sainte parce qu’elle est créée par Dieu, elle est pécheresse parce qu’elle est constituée par des hommes qui sont marqués par la fragilité du péché ! L’Église « sainte » et « catholique » sont des affirmations de foi : Dieu veut son Église ainsi.....
« Catholique » qu’est ce que cela veut dire ?
Ce terme grec, peut se traduire par universel ou répandu partout ! Ce qualificatif souligne le caractère sans limite de la famille des croyants. Cette universalité est une réponse apostolique aux exigences de la finale des synoptiques. « Annoncez la Bonne Nouvelle jusqu’aux extrémités de la terre »....

L’œuvre de l’Esprit dans les Sacrements l’Église.

Présent et agissant à la Pentecôte, l’Esprit Saint accompli son œuvre dans chacun des sacrements de l’église. Depuis les Sacrements de l’Initiation Chrétienne, où à la manière du Baptême de Jésus, l’Esprit vient confirmer l’œuvre de la création et donner l’onction pour devenir, à la suite du Christ : Prêtre, Prophète et Roi. Lors de l’Eucharistie, c’est lui qui sanctifie les dons et permet la présence Christ de se réaliser. L’Esprit sanctificateur permet à chacun d’exercer sa mission dans l’Église. Il est invoqué dans le Sacrement de Mariage pour que les époux soient les témoins fidèles de l’amour du Christ. Dans le sacrement de l’ordre, il vient conformer le candidat au Christ, et rendre fécond son ministère. Dans le Sacrement de Pénitence et de Réconciliation, c’est lui qui apporte la rémission des péchés « ...il a envoyé l’Esprit Saint pour la rémission des péchés... » (Formule de l’Absolution). L’Esprit Saint est la force offerte au malade qui vit l’épreuve. Il lui apporte force et réconfort pour parvenir à la guérison.
« Vois notre frère..., N., Seigneur, toi qui es tendresse pour les pauvres, espoir pour ceux qui te cherchent, et amour pour tous. Accorde-lui le secours de ton Esprit Saint, fais grandir en lui la vie de Jésus Christ qu’il a reçue à son baptême. Car tu n’es pas un Dieu des morts, mais le Dieu des vivants, toi qui règnes pour les siècles des siècles. R. Amen. » (Rituel de l’onction des malades).

Revenir à la conférence précédente __________ Aller à la conférence suivante