Quelle Bible acheter ?

Revenir à Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (2)

aller à : Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (4)

Quelle Bible acheter ?

1. Les langues originelles

Les langues de la Bible. Elles sont, dans la tradition chrétienne, essentiellement trois : l’hébreu, le grec, le latin.

L’hébreu est la langue dans laquelle nous sont parvenus la plupart des livres de l’Ancien Testament. Certains livres parmi les plus récents comportent des passages en araméen, une langue proche de l’hébreu, celle que parlait Jésus. D’autres même sont en grec. Le Nouveau Testament a été écrit en grec commun, c’est-à-dire celui qui était parlé pratiquement partout dans le bassin méditerranéen.

2. Il y a deux grandes traductions « canoniques », qui font autorité. Il y a une traduction en grec de la Bible juive, à l’usage des Juifs d’Alexandrie (on parle de la Bible d’Alexandrie). On l’appelle aussi « la Septante », ou traduction des Soixante dix. La légende dit qu’on aurait demandé à soixante dix spécialistes de la Bible d’effectuer la traduction en grec du texte sacré. Ils auraient travaillé chacun de son côté et, lorsqu’on aurait mis en commun ces différentes traductions, on aurait constaté que la traduction de chacun était la même !

Pour le peuple chrétien d’Occident, on a mis sous l’égide de saint Jérôme (347-420), une traduction en langue commune de la totalité de la Bible chrétienne, Ancien et Nouveau Testaments, la Vulgate (du latin vulgus, le peuple). La Vulgate était comprise par le peuple des croyants.

3. Les différentes traductions françaises

La Bible, dès son origine, s’est donc exprimée en plusieurs langues. Ainsi, on ne peut dire que Dieu parle en hébreu. Dieu parle et les hommes expriment cette parole dans leur langue. Cette parole peut donc s’exprimer dans toutes les langues du monde. On n’est pas tenu de connaître les langues bibliques pour être croyant, ou pour lire la Bible avec curiosité et plaisir. Sinon on devrait s’interdire de lire de la littérature anglaise, russe ou chinoise !

Il y a quatre traductions en français. Les plus abordables et les plus fréquentes sont :

- la traduction du chanoine Osty, catholique, est élégante. Un seul traducteur. L’avantage : cohérence du vocabulaire. Mais on n’est pas spécialiste en tout. La traduction du Nouveau Testament semble meilleure que celle de l’Ancien Testament.

- la Bible de Jérusalem (BJ). Catholique. Un groupe de traducteurs de l’Ecole biblique de Jérusalem.

- la Nouvelle Segond. Une traduction rénovée de la célèbre Bible protestante. Excellente, se lit avec beaucoup de plaisir. Participation de biblistes catholiques.

- la Traduction œcuménique de la Bible (TOB), faite par un groupe de traducteurs orthodoxes, protestants, catholiques selon leur spécialité.

- par curiosité, vous pouvez aller voir la Bible d’André Chouraqui, pour saisir l’âpreté de la langue hébraïque mais difficile à lire en vertu de nombreux néologismes.

La plupart des bibles contiennent des notes. Mais il y une distinction à faire entre les bibles protestantes qui ne donnent que des notes purement textuelles alors que les traductions catholiques et que la TOB donnent des notes exégétiques et théologiques.

Pour ma part, je travaille avec la TOB, qui me servira de références dans les textes que je citerai.

Une fois que vous aurez fait l’acquisition d’une Bible ou qu’on vous en aura offert une, commencez à la lire. Par le commencement, avec le récit de la création du monde. Ne lisez pour l’instant ni les introductions ni les notes. Jetez sur le papier vos impressions, vos interrogations, vos étonnements, vos doutes, vos réticences, vos éblouissements peut-être aussi, vos émerveillements, vos enthousiasmes (Pourquoi pas ?) !

Beau cadeau de Noël !

Alain

Revenir à Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (2)

aller à : Et si nous lisions ensemble... la Bible ? (4)