Accueil du site > Ėtapes chrétiennes de la vie > Vocations > Un pasteur, des pasteurs , une pastorale

Un pasteur, des pasteurs , une pastorale

Un pasteur, des pasteurs , une pastorale

JPEG - 79.2 ko

Toute ordination est occasion de réjouissance pour l’Eglise diocésaine qui accueille un nouveau prêtre. Les ordinations de diacres sont réparties tout au long de l’année avec une ordination prévue à l’automne à Vasles. Les premières communions et professions de foi s’achèvent en cette fin de mois de juin. Les mariages auront lieu tout au long de l’été. Les diocèses marquent le don particulier de l’ordination sacerdotale en le liant avec la fête de Pierre et Paul. Le modèle du prêtre tient donc de ces deux apôtres : celui qui aime Jésus “ Pierre, m’aimes tu ?” Jn 21,15 et Paul, le plus petit des apôtres “ mis à part pour annoncer l’Evangile de Dieu” Rm 1,1. Benoit est accueilli avec la gràce de Dieu, ses qualités humaines et intellectuelles, son ancrage spirituel et son sens missionnaire . Le service des vocations ajouterait deux qualités supplémentaires.

Une fraternité

Les autres prêtres imposent les mains à l’ordinant. Si chacun célèbre les sacrements le plus souvent seul, le travail en équipe est essentiel ne serait-ce que parce que les nominations font que les prêtres se succèdent. La vie en doyenné offre des temps de partage. Le petit nombre d’aujourd’hui, loin du nombre de 12 compagnons de Jésus, demande paradoxalement plus de confiance et de pardon entre confrères et le refus des chapelles. La centaine de prêtres actuellement en exercice vit de cette unité autour de l’évêque “Votre presbyterium justement réputé, digne de Dieu, est accordé à l’évêque comme les cordes à la cithare" selon Ignace d’Antioche.

Une pastorale diocésaine Le nouvel ordinant est lié à un diocèse avec l’histoire de notre terre. De St Hilaire à Théophane Vénard, de Radegonde à Suzanne Martineau, des personnes ont marqué. Une spiritualité diocésaine vit de diversités avec la tradition bénédictine de Ligugé ou l’esprit caritatif des soeurs de la salle de Vihiers. Cela touche le peuple de Dieu et le pasteur accueille, encourage, renouvelle ces gràces spirituelles qui le précèdent. De même, la personnalité de chaque nouveau pasteur qui vient de groupe des jeunes comme les scouts ou qui a connu Taizé va avec les synodes et divers conseils.

“Nul n’est une île” écrivait Thomas Merton. Cet accueil de la jeunesse par une institution de 2000 ans va de pair avec l’obéissance à cette foi qui vient de loin et qui attend d’être transmise aux générations nouvelles.

Prions pour cet appel particulier au sacerdoce, pour cette joie de vivre l’Evangile dans notre diocèse de Poitiers autour de l’eucharistie et de tant de merveilles que Dieu nous prépare.

Jérôme de la Roulière