Accueil du site > Paroisses > Paroisse St-Jean-Baptiste en Niortais > Synode > Sophie PARENT - "notre relais synode"

Sophie PARENT - "notre relais synode"

JPEG - 90.8 ko

Sophie PARENT, de Vouillé, a accepté d’être « relais du synode » pour la paroisse Saint Jean Baptiste en Niortais. Elle nous évoque son parcours dans l’Église...

J’ai eu une éducation chrétienne et une pratique religieuse régulière jusqu’à l’âge de 30 ans. Je me suis ensuite éloignée de la pratique à l’occasion d’un déménagement et d’une installation professionnelle. En 2016, j’ai vécu une conversion avec la découverte du renouveau charismatique et de l’effusion de l’esprit.

Après ma confirmation en mai 2016, j’ai accepté des engagements dans ma paroisse (équipe liturgique, déléguée à la prière) et le poste de relais pour le synode.

Le souci d’annoncer et de partager la joie de l’Évangile est un élément primordial de ma foi. « Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ». 1 Co 9, 16. Je vois bien les difficultés que l’on rencontre pour faire connaître l’amour inconditionnel, immense et gratuit que veut nous donner Jésus par son cœur ouvert. C’est ce souci d’aller vers les non chrétiens et l’amour de l’Église qui m’a fait accepter le rôle de relais pour le synode. Mieux connaître le ressenti et les attentes des chrétiens mais aussi de tous ceux qui sont éloignés de l’Église me semble être une chose importante pour pouvoir adapter, non pas le contenu du message, mais la manière de l’annoncer.

Je pense que plutôt que de se braquer sur des sujets sociétaux, condamner, dénoncer (même si l’indignation est justifiée), nous devrions avoir le souci premier de témoigner de l’amour et de la miséricorde de Dieu envers chaque homme quelque soit sa condition. Si nous voulons être audibles dans notre société post chrétienne, je pense que nous devons présenter un esprit ouvert et tolérant, que notre vie doit être un témoignage d’amour fraternel. Les trois piliers de ma foi sont (ou devraient être) la prière, les sacrements et l’amour fraternel vécu en communauté.

Répondre à cet article