Questions sur la foi

Les mots

D’où viennent les mots «  foi  » et «  croire  » ?

Les mots de la Bible que nous traduisons par
«  foi  » et par «  croire  » Croix Carmel
proviennent d’une même racine qui en hébreu traduit la fermeté, la solidité, et a donné le mot «  amen  » («  j’y crois  »).

Le mot «  foi  » vient du latin «  fides  », qui signifie «  confiance  ».

Les secrets de la Foi - La Vie - mai 2007

retour aux questions

1 Message

  • Questions sur la foi 25 novembre 2011 12:03, par Verdon dit Armanjac

    Il ya effectivement un problème important quant aux termes "Foi" et "Croyance", un problème qui sensibilise singulièrement les indécis qui sont légion ; j’ai à dire par là qu’à notre époque de civilisation soit-disant avancée le quidam s’interroge sur ce qu’il se sent en droit de croire ou ne pas croire, et celà apparait comme légitime en fonction de l’ouverture d’esprit de chacun. En effet la science rationaliste, dans son bon droit de ne considérer que ce qui est de l’ordre du tangible et du reproductible, après tout c’est sa vocation première, la science semble bien devenir l’obstacle principal à la croyance et à la foi Chrétienne, en particulier. Il m’apparait qu’elle ne semble guère distinguer l’une de l’autre, la singularité de la foi étant, à mon avis, très bien cernée par Blaise Pascal, scientifique lui-même en son époque, touché par une grâce particulière une certaine nuit : "La Foi est le courage de l’esprit qui s’élance au-delà de ce qu’il a pressenti". J’y comprend trois facteurs principaux d’importance : Le courage, qui est force et détermination, l’élan qui est énergie enthousiaste et le pressentiment qui établit et renforce ainsi la triade. Je veux m’arrêter singulièrement sur l’aspect "pressentiment" car il semblerait que la vie moderne accablante soit devenue un adversaire de taille à la légitimité de ce que l’on entend par "pressentiment". En celà tout est affaire de sensibilité, d’ouverture et d’instrospection ; on aura pu remarquer la sensibilité extrême de jésus, complément de sa force et de son autorité, sensibilité qui l’autorise aux larmes et à la compassion, mais aussi à la violence du fouet contre les prévaricateurs du Temple, jamais par l’épée qui blesse et ôte la vie ; et combien remarquable aussi la relation fusionnelle avec son "Père", ceci en étant l’aspect le plus touchant et mystérieux. Ainsi, subjectivement, je dirais que pressentiment est communication, connexe à comme-union, on pourrait presque dire "scientifiquement" : Information ! ... Est-ce que je pousse un peu loin le bouchon ? A ce que l’on en dit Jesus fût traité de fou, et même possédé du "démon" sans que cela le fasse sourciller un seul instant... La foi est bien plus que croyance limitée à la subjectivité de chacun, et j’irais jusqu’à dire que Pascal nous informe que la foi est aussi "co-naissance", ainsi se connaitre soi-même est comprendre et savoir qui nous anime et résoud toute question superflue, philosophique et scientifique. C’est la nuit qu’il est bon de croire à la Lumière ; car la nuit est belle, étoilée, n’est elle pas le désert des sens qui cache un puit ? ... Si jamais l’on parvient à me comprendre un peu par ce texte court bien maladroit, que l’on ne me croit surtout pas sur parole là où il faudrait descendre à la "Source" par le "Puit", et descendre ainsi est "Monter"... Jésus n’est-il pas descendu avant que de "Monter" ?... Ciel !