Accueil > Espace St Hilaire en Sud Deux Sèvres > Archives > Archives des programmes > 2010-2014 > Programme de l’E.S.H. Janvier - Mars 2013

Programme de l’E.S.H. Janvier - Mars 2013

Du 28 janvier au 2 février 2013
EXPOSITION "REGARDS MELES"
en partenariat avec l’association Art’Oser assurant la promotion d’oeuvres locales réalisées au Foyer des Genêts

Tableaux peints et mosaïques sont présentés en accompagnement thérapeutique.
La création est source de vie. Au-delà de la fragilité du corps, la personnalité émerge avec la mise en commun de talents.

A Niort, Foyer du Centre Du Guesclin.
Libre accès

En savoir plus sur le vernissage de l’exposition


Jeudi 31janvier 2013, Conférence-débat
"MISSION JEUNES"
avec Jean-Claude Bée, prêtre,
en présence de Patrick Lamour, médecin en santé publique


"On frappe à la porte du presbytère de Chatenay-Malabry, dans les Hauts de Seine, où vit le Père Jean-Claude Bée, aujourd’hui âgé de 69 ans. Ce curé "rouge", qui a animé de 1972 à 1983 l’aumônerie de Sceaux, a durablement marqué la vie des enfants de bourgeois auxquels il donnait son temps sans compter. Des heures à discuter, à les aider à cheminer pour se trouver eux-mêmes, avec ou sans Dieu au bout...
Plusieurs d’entre eux ont renoncé à des carrières prestigieuses et hautement rémunératrices pour des métiers qui valent engagement. Responsables d’ONG - on trouve parmi eux le directeur pour la France de Human Right Watch -, travailleurs sociaux, médecins de santé publique, enseignants en milieu difficile". (Pascale Kremer, Le Monde 10.08.2012)
_

A Niort, Centre du Guesclin, place Chanzy, amphi 3 à 20 h 30.

Voir la vidéo


Jeudi 14 février 2013, Conférence-débat
"ILLUSION FINANCIERE"
avec Gaël Giraud, jésuite, chercheur en économie au CNRS, membre de l’Ecole d’Economie de Paris, membre du conseil scientifique du Laboratoire sur la régulation financière, de l’Observatoire Européen Finance Watch, et enseignant au Centre Sèvres.
Soirée proposée en partenariat avec les Amis de la Vie.

L’impasse dans laquelle les marchés financiers enferment l’économie européenne va jusqu’à remettre en cause les institutions-mêmes du vivre ensemble...
Gaël Giraud met en lumière les illusions qui brouillent le débat public actuel. Il montre en particulier que la contrainte énergétique et climatique est l’élément déterminant qui conditionne toute prospérité durable en Europe, et souligne l’exigence de la placer au coeur d’un nouveau projet qui échappe à l’addiction mortifère de notre économie à l’égard d’une finance dérégulée. Il explique que la transition écologique est un projet de société capable de sortir l’Europe du piège où l’a précipitée la démesure financière, et suggère des pistes pour lever les obstacles financiers à sa mise en oeuvre. Non seulement les chrétiens ne peuvent rester à l’écart d’un tel bouleversement de société, mais ils sont appelés à jouer un rôle d’avant-garde pour relever le défi de la transition écologique : par respect pour la Création, par amour pour l’autre, au nom des plus fragiles, de celles et ceux qui seront les premières victimes de l’ajustement énergétique et climatique que nous imposera la nature si rien n’est fait pour négocier la transition avec intelligence et dans le souci de la justice.
Gaël Giraud a notamment publié Vingt propositions pour réformer le capitalisme (Flammarion 2012), co-dirigé avec Cécile Renouard.

A Niort, Amphi du Lycée Saint-André, 14 rue de Souché, à 20 h 30.


Jeudi 21 mars 2013, Conférence-débat "LA SANTE EN PIECES"
avec André GRIMALDI

Nous avons cru que plus d’activité dans nos services signifierait plus de moyens pour l’hôpital. En fait le Parlement vote chaque année une enveloppe globale, l’Objectif national des dépenses d’assurance-maladie (Ondam), qui contient les crédits alloués à la santé, secteurs public et privé confondus. Cette enveloppe n’est pas extensible. En 2010, les hôpitaux publics ont ainsi augmenté leur activité de 3 %, davantage que prévu. Or, pour 2011, leurs tarifs - et donc leurs recettes - seront quand même abaissés de 0,7 %...
Alors on supprime du personnel, en commençant par les CDD, puis on ne remplace pas les gens qui partent en retraite... Il faudrait faire une tarification à l’activité mais pour des activités techniques, standardisées. Et une dotation globale pour les autres activités. Bref, adapter le financement à l’activité et non l’inverse. Les cliniques commerciales ont des tarifs souvent plus faibles parce qu’elles choisissent les pathologies les plus rentables... Il y a aussi les partenariats public/privé pour faire construire gratuitement un hôpital par une banque en échange d’un loyer mensuel.. La médecine évolue, on aura sans doute besoin de mois de lits car on soignera davantage sans hospitaliser les patients. Des restructurations sont nécessaires...
Quant à nous, médecins hospitaliers, nous sommes venus à bout du système mandarinal. mais il n’a pas été remplacé... notre système a régressé : la qualité des soins n’est pas bonne dans certains endroits, les délais pour obtenir un rendez-vous s’allongent et, surtout, les dépassements d’honoraires renforcent les injustices de notre système...
André Grimaldi est l’un des fers de lance du Mouvement de Défense de l’Hôpital Public (MDHP) qui a rassemblé médecins et professionnels de la santé contre la loi HPST (Hôpital, Patients, Santé, Territoires), dernière grande réforme de l’hôpital en 2009. Franc-tireur et solidaire dans ce milieu des professeurs de médecine où l’individualisme l’emporte, ce diabétologue de la Pitié-Salpêtrière a tiré la sonnette d’alarme dans un livre qui décrit avec force les dérives du service public : L’Hôpital malade de la rentabilité (Télérama n° 3193).

A Niort, Centre du Guesclin, amphi 3, Place Chanzy à 20h 30.