Accueil du site > Accueil - A la Une du site > En bref > FAQ > Pourquoi le mardi gras ? Qu’est-ce que le mercredi des cendres

Pourquoi le mardi gras ? Qu’est-ce que le mercredi des cendres

Qu’est-ce que le mercredi des cendres ? Et pourquoi les « cendres » ? Pourquoi le mardi gras juste avant ?

pêcheur Le carême commence par un mercredi. Ce mercredi est appelé « mercredi des cendres » et il marque le début du carême (voir le calcul de la longueur du carême). Cette entrée en carême est caractérisée par le rite de l’imposition des cendres sur le front des chrétiens, clergé et fidèles. Il importe pour comprendre ce rite de se référer à la symbolique de la cendre dans l’Ancien Testament. La cendre est à la fois la représentation du péché et de la fragilité de l’homme. « Son coeur [celui de l’homme] n’est que cendre, son espérance est plus misérable que la terre, et sa vie plus méprisable que la glaise » (Sagesse 15, 10) ». « Par le nombre de tes péchés, par ton commerce criminel, tu as profané ton sanctuaire. Aussi je fais sortir un feu du milieu de toi, il te dévorera, je te réduirai en cendre sur la terre, sous les yeux de tous ceux qui te regardent ». (Ezékiel 28, 18).

Se couvrir de cendres, c’est manifester sa douleur au sein de l’épreuve, c’est aussi exprimer la conscience et le regret de son péché. « Ils font entendre leur voix à ton sujet, ils crient amèrement, ils se mettent de la poussière sur la tête, ils se roulent dans la cendre. » (Ezékiel 27, 30). Mais une notion est aussi corrélative à cette prise de conscience de la faute, c’est l’espérance dans la miséricorde divine, miséricorde qui ne peut nous faire défaut, si notre cœur est sincère.

Le mardi qui précède est appelé « mardi gras » parce qu’il est le dernier jour où toutes les nourritures « terrestres » sont permises. Cette coutume date des époques où l’on vivait chichement et où un peu de lard dans la soupe ou les haricots n’était pas de trop. On faisait la fête et on se déguisait. Le carême allait bientôt supprimer cela. Il fallait donc en profiter une dernière fois avant le passage vers la joie de Pâques.

Alain.

Retour aux questions