Accueil > Paroisses > Paroisse Ste-Sabine en Niortais > CONFINEMENT > Message de la part des pères Auguste et Claude - Dimanche 10 mai (...)

Message de la part des pères Auguste et Claude - Dimanche 10 mai (...)

Faites tout ce qu’il vous dira

Cette parole nous vient de Cana en Galilée. Jour de fête à l’occasion d’un mariage. Tout va bien. Place à la joie, donc... pas de souci !

« Or, on manqua de vin ». Sans doute parce que les invités étaient venus nombreux comme cela était la coutume. Marie, Jésus et ses disciples étaient eux aussi parmi les invités.

Face à ce « manque », Marie, de dire aux serveurs : « Faites tout ce qu’il vous dira ». Ils ont répondu à l’invitation de Jésus. Le signe de l’abondance vient combler toute attente. La fête, la joie l’emportent maintenant sur toute inquiétude.

En ce mois de Mai si particulier, les manques se font multiples. Les stop nombreux se rajoutent à tel point qu’un confinement nous a tous contraint à un arrêt imposé par souci de santé.

Si la Vierge Marie nous disait aujourd’hui encore : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le ». Jésus aurait-il quelque chose à nous dire en pareille circonstance ? Sa parole est-elle toujours d’actualité, capable de répondre à nos manques ?

Ce dimanche 10 mai
, nous recevons sa Parole, si du moins nous prenons le temps de nous arrêter. Évidemment le dé-confinement nous hante, ses lendemains nous soucient, préoccupés que nous sommes par tout ce qui nous manquera encore.

Oui, mais dans ce contexte mouvementé et un peu excité, la Parole de Jésus est là. Ne l’oublions pas : « Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi ». La Vierge Marie a cru et c’est là tout son bonheur. Mais un bonheur incarné dans son quotidien avec réalisme, en portant le souci et le désir de bonheur pour ses contemporains ; et ça continue pour nous. Désormais, puisqu’elle « prie » pour nous maintenant.

Si nous lui demandions de prier aussi pour « nous », mais aussi pour toute notre humanité, notre pays, nos familles. Son bonheur, c’est très certainement de poser son regard maternel en particulier sur le monde entier qui se rassemble à Lourdes depuis le 11 février 1858. Aujourd’hui les grilles du Sanctuaire cadenassées sollicitent plus encore de notre part, une prière universelle.

En ce jour, nous pensons aux 25000 morts, victimes de la Pandémie ; notre affection s’adresse aussi à leurs familles dans leur peine.

Ces départs imprévus, ces décès, nous traduisent la fragilité humaine de nos vies. Alors que la mort est bien souvent marginalisée. Ici elle nous revient chaque jour comme un appel à recevoir à nouveau la Parole de Jésus : « Dans la Maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures. Je pars vous préparer une place ».

Tout ce qu’il vous dira, voudrait répondre à nos manques et solliciter une réponse riche de confiance. Marie prie pour nous pécheurs, parfois incrédules que nous sommes, hésitants pour une confiance vraie, parfois loin d’un beau service de nos frères ou encore dans l’oubli de notre baptême et l’appel à le vivre en Église.

Bonne nouvelle : « Là où je suis, vous y serez vous aussi »
Bonne nouvelle : réalisée pour la Vierge Marie, elle qui est la parfaite image de l’Église à venir, guide et soutien de l’espérance des chrétiens en chemin.

Marie, tu brilles toujours sur notre chemin. Nous nous confions à toi, santé des malades, tu sais de quoi nous avons besoin et nous sommes sûrs que tu y pourvoiras, pour que comme à Cana de Galilée, la joie et la fête reviennent après l’épreuve de ces jours à venir.

Répondre à cet article