Loukas (St Luc), historien de son temps (2)

Loukas, historien de son temps

JPEG - 12.3 ko

Dans une première étude, nous avons évoqué le pouvoir politique romain, en Palestine, à l’époque du Christ. En nous mettant à l’école de l’évangéliste Loukas (alias Luc), nous allons maintenant décrire au plus près :
-  le pouvoir politique juif
-  le pouvoir religieux juif

Le pouvoir politique juif

La Palestine était donc un pays occupé, mais avait gardé, par bienveillance ou méfiance des Romains, une structure politique particulière : une royauté. C’est la dynastie des Hérode qui est en place ; à noter que les Hérode n’étaient pas juifs mais édomites, peuple vivant au sud de la Mer Morte.

JPEG - 141.9 ko
Monnaie d’Hérode Antipas

Yéshoua (Jésus) de Nazareth, nous l’avons dit, est donc né dans les années 6 ou 7 avant notre ère, sous Hérode le Grand qui mourut en l’année 4 avant notre ère.

Christ Yéshoua mourra sous Hérode Antipas, fils d’Hérode le Grand et de la reine Maltaké (une samaritaine) en l’année 30 de notre ère. Hérode Antipas épouse d’abord une nabatéenne Phasaélis, fille du roi Arétas de Pétra, puis divorça et prit la femme de son demi-frère Philippe, Hérodiade. Johanan (le Baptiste) dénonça le trafic et fut ainsi décapité en l’année 29 de notre ère. Hérode subjugué par la danse de Shelomit (Salomé) dut ordonner la mort du prophète Johanan pour satisfaire l’exigence d’Hérodiade.

JPEG - 21 ko

Hérode Antipas fut exilé en Gaule, dans les Pyrénées, à Saint- Bertrand-de-Comminges qui s’appelait à l’époque « Lugdumum Convenarum » ; c’est là que le rejoint Hérodiade ; Hérode Antipas est donc mort tout près de chez nous, en l’année 39 de notre ère.

En l’année 37, Christ Yéshoua apparaît à Saul de Tarse sur le chemin de Damas dans le Golan. En cette même année 37, naît l’historien juif Flavius Josèphe qui a rapporté des éléments très intéressants sur les premiers chrétiens, en particulier sur la personne de Johanan le Baptiste.

Le pouvoir religieux juif

Yéshoua de Nazareth vécut sous deux grands prêtres Hanan et Kaïapha. Kaïapha (Caïphe) avait succédé à Hanan (Anne) ; il était son gendre ; bien que Hanan ait été destitué, il continuait à exercer une grande influence sur son gendre, à tel point que l’évangéliste Loukas écrit très justement : « les grands prêtres étant Hanan et Kaïapha » (Lc 3,2).

Hanan avait aussi une très grande influence sur le Sanhédrin de Yérushalayim (Jérusalem), tribunal suprême religieux ; il était composé de 70 membres dont le grand prêtre.

JPEG - 70.9 ko

C’est le grand prêtre Kaïapha, manipulé par Hanan, qui sera responsable finalement de la condamnation du prophète Yéshoua de Galilée ; les grands prêtres et leurs gens forceront la main de Poncius Pilatus : « Si tu le relâchais, tu ne te conduirais pas comme l’ami de César ». (Jn 19,12) Pilatus, bien que persuadé de l’innocence du Christ, a peur d’une conspiration et condamne le prophète Yéshoua à être crucifié.

PNG - 336.6 ko

On connaît des membres du Sanhédrin qui étaient favorables à Yéshoua de Nazareth :

JPEG - 105.8 ko

Gamaliel, professeur de Saul de Tarse (Paul) Naqdimon (Nicodème) qui, de nuit, est venu s’entretenir avec le Christ Iosseph Ha Ramathaïm (Joseph d’Arimathie) qui prête son tombeau pour ensevelir Christ Yéshoua.

JPEG - 34 ko

La scène de l’histoire a été dressée ; chaque personnage a été remis à sa place.

Désormais les chrétiens peuvent célébrer l’évènement de la venue du Christ au cœur de l’Histoire des hommes.

Mais déjà, là-bas sur les bords du Iarden (le Jourdain) un homme entraîne les foules ; Johanan le Baptiseur proclame :


« Préparez le chemin du Seigneur  »

Père Joseph GUILBAUD

Lire les autres textes du Père Joseph GUILBAUD

Temps de l’Avent

Répondre à cet article