Les réponses reçues sur le site

Les 21 questions. Cliquer sur une question pour aller directement lire les réponses à cette question.

  1. - C’est quoi le bonheur ?
  2. - Dieu veut-il notre bonheur ?
  3. - Réussir dans la vie ? Ou réussir sa vie ?
  4. - Qu’est-ce qui compte le plus pour moi ?
  5. - Pourquoi je me lève le matin ?
  6. - Le travail, c’est la santé ?
  7. - Compter sur les autres, mission impossible
  8. - Dieu est-t-il présent dans ma vie ?
  9. - Est-il encore possible de faire confiance ?
  10. - La fraternité, quelles exigences pour la vivre ?
  11. - La proximité, une valeur sûre ?
  12. - Pour moi, l’Église c’est ... ?
  13. - Quelles priorités pour l’Église aujourd’hui ?
  14. - La paroisse, une institution dépassée ?
  15. - Pourquoi être baptisé aujourd’hui ?
  16. - Témoigner de sa foi, mission impossible ?
  17. - Comment vivre comme Jésus-Christ ?
  18. - Quelle est la bonne nouvelle de l’Évangile ?
  19. - Pour moi, est-ce facile de faire confiance ? Oui ? Non ? Pourquoi ?
  20. - En qui puis-je avoir confiance ? Dans ma famille ? En Dieu ? Autre ...
  21. - Quel est mon rêve ? Quelles sont mes peurs ?

    Les 246 réponses


    C’est quoi le bonheur ?

Le bonheur est très désiré de nos jours. Le bonheur humain qui est presque le seul recherché, est d’avoir un emploi bien rémunéré, un logement, une famille, aller en vacances..., ce qui est bien en soi à condition de ne pas sombrer dans l’égoïsme. Le bonheur selon Dieu, serait à mon avis, regarder l’autre comme si c’était Dieu en personne, sur terre, puisque je suis , puisqu’il est, puisque nous sommes à la suite du Christ, les enfants de Dieu. Cependant mon amour propre, mon égo, ferme bien souvent mes yeux, déforme mes sentiments, et je considère l’Autre en fonction de ce je suis.

Le bonheur c’est d’être en vie , Aimer et admirer ce qui nous entoure ,les gens , les plantes, les animaux, éviter les conflits , regarder le soleil Pour moi, le bonheur c’est de me lever chaque matin, et remercier Dieu pour cette nouvelle journée : contempler la création...

Aujourd’hui je sais que le bonheur c’est de faire la volonté de Dieu.

C’est d’être aimé et d’aimer

Le bonheur c’est d’aimé et d’être aimé, bénéficier d’un niveau de vie correct ( santé, toit, nourriture, chauffage, instructions, lecture, sports, voyages, amis). Avoir la foi permet l’épanouissement de l’être humain.

Satisfaire les besoins de santé, avoir un toit, un travail, (Âgée je remplace travail par être utile) une famille, des amis. c’est chercher à comprendre, admirer ce qui est beau... aimer et être aimée, contribuer au bonheur des autres.

C’est vivre en paix avec soi, donc vivre en paix avec les autres, c’est à dire ceux avec qui je vis au quotidien en essayant de les aimer comme ils sont. Dépasser les limites de caractère, les agacements, les divergences d’opinion : en faire un tremplin pour l’accueil de l’autre, de l’Autre. Trouver sa joie dans les rencontres de chaque jour " " dans le service accompli...

Je le trouve dans la famille (dans la mienne mais ce n’est sans doute pas possible dans toutes à en croire les informations), avec les amis, dans le travail (pour moi mais pas pour tout le monde, c’est sûr)

Donner de la joie autour de nous.

C’est être heureux de vivre, se sentant à sa place et pleinement soi-même C’est difficile à dire, à décrire. Quelque fois l’on se rend compte que l’on était heureux quand vient un gros souci. Mais on le perçoit tout de même quand tout va bien autour de soi, que ce soit la famille, les amis ou les autres. Je pense aussi que cela dépend de soi-même. On dirige sa vie en général. C’est aimé et être aimé en retour.

impossible à définir, il dépend de tellement de facteurs qui m’entourent, m’encadrent, m’encombrent... Serait-ce trouver des moments d’harmonie dans un environnement particulier avec des groupes de gens familiers ou pas ou bien seul : la nature, un concert, une œuvre d’art, un livre, un film.... Il faut pouvoir échanger sur ce bonheur, le partager, sinon, c’est le vide.

Haut de page


Dieu veut-il notre bonheur ?

Évidemment Dieu veut notre bonheur, puisque nous sommes toutes et tous des continuateurs de la création, de la terre, du ciel, de l’eau, de la lumière mises à notre disposition. Dieu n’est pas une divinité antique qui punit. Par l’incarnation, la mort et la résurrection de son Fils,il veut notre bonheur par le pardon de mes, de nos, péchés, et nous offrir la vie éternelle. Toutefois, me reconnaitre pêcheur, m’agenouiller à côté d’un prêtre, cela trouble mon égo. Et puis le fait de vivre en ces temps troublés nous fait oublier, ou nous interdit de comprendre que Dieu veut mon, notre bonheur.

Oui je pense que Dieu veut notre bonheur, qu’il fait en sorte de prêcher la bonne parole ,unir et rassembler les gens

Je crois que oui, mais ses voies sont tellement éloignées des nôtres !!! Oui, c’est justement pour ça que faire sa volonté nous rend heureux. Il a un vrai plan de bonheur et non de malheur pour notre vie, comme il est dit dans la Bible.

Oui

Oui, tout l’enseignement de la bible nous apprend que Dieu nous aime et veut notre bonheur. Pour le chrétien le vrai bonheur serait de vivre avec Dieu pour l’éternité.

Oui Il est à la source de tous nos amours, nos affections, nos amitiés humaines... Il nous veut libres et souhaite notre amour....

Oui, Dieu veut notre bonheur mais cela suppose de chercher à le connaître ce Dieu qui veut notre bonheur. Le connaître par son Fils Jésus qui nous le révèle dans l’Évangile, par la prière, l’approfondissement de notre Foi, le partage de notre foi. Il y a à travailler sur les images de Dieu que nous véhiculons encore : s’il y avait un Dieu ! Dieu qui permet le mal. Un Dieu lointain de l’humanité, un Dieu qui punit... Cela me donne envie de témoigner toujours plus de ce Dieu de Jésus-Christ proche des hommes, qui prend chacun là où il en est dans son histoire. Un Dieu de bonté, de tendresse, de miséricorde. Comment donner aux gens qui cherchent un sens à leur vie, ce goût de l’Évangile ?

Sans doute, mais c’est à nous d’y travailler

Oui par amour

Oui, Il n’attend que cela, c’est le cadeau qu’il veut nous offrir

Je pense que oui, même si l’on ne comprend pas toujours tout le malheur qui existe.

Je pense que oui mais parfois il m’arrive de m’interroger...

Dieu ne demande rien, n’exige rien, il est là, c’est tout, il s’offre à nous. A nous de le rejoindre, de le trouver, de le chercher et de se laisser emporter vers une plénitude qui nous dépasse totalement...qui va bien au delà de notre imagination. Il faut cesser de réduire Dieu à notre humanité.

Haut de page


Réussir dans la vie ? ou réussir sa vie ?

Réussir dans la vie, c’est la notion du bonheur exposée dans le premier paragraphe. Réussir sa vie, c’est peut être, selon ses forces humaines, par la grâce accordée par Dieu, le combat incessant contre le mal, se remettre debout après chaque chute, en faisant confiance à Dieu, au Christ à Notre Dame, en sachant qu’ils nous aiment avec toutes nos faiblesses, toutes nos limites.

Réussir dans la vie : son couple pour un plus grand bonheur ,aimer ses enfants ses proches

Réussir sa vie professionnelle.

A mon avis, c’est plutôt réussir sa vie, car même si l’argent est indispensable pour vivre correctement, il faut savoir axer sa joie sur autre chose :à savoir la Vie éternelle dès maintenant, et l’Amour de Dieu et de l’autre.

Réussir sa vie

Réussir SA vie

Il me semble que réussir sa vie, c’est être heureux ici-bas en privilégiant l’épanouissement de la personne, en faisant de l’Amour une priorité, en faisant passer au second plan la richesse, les biens matériels, le travail. Essayer de voir clair par rapport aux autres personnes et se contenter de ce que l’on a. Remercier Dieu pour la beauté de la création ainsi que toutes les personnes qui nous ont éduquées (parents, ascendants, instituteurs, prêtres etc.).

réussir sa vie c’est vivre décemment au niveau matériel, être reconnu, prendre sa juste place... réussir sa vie c’est essayer d’aimer les autres vivre la fraternité au niveau individuel et associatif, essayer de me laisser aimer par Dieu...

Réussir dans la vie peut permettre de réussir sa vie selon les objectifs que l’on s’est fixé. Mais nombre de témoignages nous montrent qu’une vie non réussie humainement (maladie, handicap, pauvreté matérielle...) peut être riche de valeurs et de richesses non marchandes : amour, gratuité, partage, solidarité... Faire de tout ce qui nous advient des moyens pour réussir sa vie selon le projet de Dieu sur nous, ce qui suppose que le Seigneur nous parle à travers les évènements et de lui faire confiance.

Réussir sa vie Mais c’est plus à la mode de réussir dans la vie et ça ne date pas d’aujourd’hui

Réussir sa vie

Ce serait mieux de réussir sa vie !

Je ne pense pas à cela. Je suis en retraite et ai aimé mon travail. J’ai eu 2 enfants et ai aimé les éduquer. J’ai 2 petites filles et aime les voir grandir et évoluer. J’aime beaucoup aider les autres et ne pourrait vivre sans rien faire. Réussir sa vie, sans hésitation... Mais que faire quand on a l’impression que ce n’est pas le cas ?

Réussir : un mot à bannir de notre vocabulaire. cela ne veut rien dire. Tout n’est-il pas dit dans le mot vivre ? Vivre à son rythme, accepter ses défaites, ses manques, se réjouir à bon escient et avancer sur des chemins inconnus. Qui osera dire qu’il a réussit sa vie alors qu’elle est sans cesse en mouvement ou à renouveler.

Haut de page


Qu’est-ce qui compte le plus pour moi ?

Essayer de ne pas me détourner trop souvent de Dieu malgré les difficultés de la vie, Quelquefois le langage de l’Église n’est pas très compréhensible, ou les communautés n’apportent pas ce que l’on attend d’elles.

Être en bonne santé, pouvoir avoir des activités associatives : peinture, yoga, ADMR rencontrer mes enfants,petits-enfants pour mon plus grand bonheur

C’est la VIE !

Dieu en premier et les personnes qui m’entourent (famille, amis, personnes de la paroisse, etc.)

C’est d’être aimé et d’aimer

La Vie, la santé, l’Amour, un niveau de vie correct, le dialogue et le partage au sein du couple, la natation, l’automobile, la culture, la foi, les voyages, les amis, la beauté de la création.

L’amour de mon mari, les relations la prière, la bible, les activités permettant l’intériorité( qi cong) la lecture la natation

D’être en bonnes relations avec mes proches, être fidèle aux engagements que j’ai pris (solidarité, Eglise...)

AIMER et SERVIR

La famille, les amis

Partager sa vie avec amour.

L’amour

La famille et les autres.

Que les gens soient heureux autour de moi... Faire des choses qui m’enrichissent et nourrissent mon esprit et mon cœur...

la recherche d’une harmonie avec les personnes qui m’entourent mais aussi dans des lieux favorables à une vie riche d’émotions et de découvertes.

Haut de page


Pourquoi je me lève le matin ?

C’est une nouvelle journée qui commence, et j’espère que ma confiance ne sera pas déçue...

Pour adorer Dieu et agir dans ma vie. Pour avancer vers ce qui est bon pour moi et les autres, rencontrer des gens et être au service (travail, etc.)

Concrètement pour donner à manger au chat du voisin !
Ensuite parce que j’aime la vie je me lève confiante quoiqu’il arrive appuyé sur la Parole "rassasie-nous de ton Amour au matin"

C’est sans aucune difficulté que je me lève chaque matin, le plaisir d’être en vie, du petit déjeuner, libre de mes mouvements. Une nouvelle journée s’annonce ....

Parce que la vie est belle et cadeau de Dieu

Pour prier

Souvent parce que je n’ai pas le choix.

Pour travailler

Haut de page


Le travail, c’est la santé ?

En tant que retraitée, je ne considère plus le travail de la même façon ! Mais je suis toujours persuadée que le travail ( quel qu’il soit) doit être motivant et accompli avec enthousiasme et plaisir.

Le travail c’est important mais cela n’est pas le but en soi. C’est un moyen pour servir et être épanoui. Et puis on peut travailler sans avoir d’emploi : femme au foyer, chercher d’emploi, senior qui garde les petits enfants, bénévoles, etc.

Ne rien faire c’est la conserver

Retraitée et limitée par des soucis de santé, je me sens un peu inutile... Le travail c’est la santé : à condition qu’il ne soit pas excessif, qu’il soit rémunéré de façon juste et qu’il se déroule dans une bonne ambiance le travail m’a permis de me sentir utile, il a entretenu et développé mes capacités et m’a permis des relations riches.

Si l’on peut s’épanouir dans le travail, il devient un épanouissement, dans le cas contraire, il devient une contrainte pour pouvoir vivre, l’argent étant indispensable ici-bas.

C’est un équilibre à trouver dans nos vies car il faut aussi faire travailler son corps

Je pense. Il n’y a qu’à regarder ceux qui n’en n’ont pas.

Le travail organisé pour le profit de quelques uns détruit souvent la santé, la famille, la société.

Le travail pour vivre s’épanouir, c’est la santé.

NON - c’est un moyen de gagner sa vie et de ne pas vivre au crochet de la société ou de sa famille. J’ai aimé mon métier et je crois que je l’aimerais encore si les conditions dans lesquelles je dois l’exercer étaient meilleures. Pour le moment, il nuit plus à ma santé qu’il n’y contribue. Est-on fait pour faire toute sa vie le même métier ? Je crois que ce qui serait bénéfique ce serait de pouvoir changer à mi carrière. Reprendre des études, une formation, se donner de nouveaux défis... Mais c’est difficile de sauter ce pas, de lâcher la proie pour l’ombre... La situation de l’emploi n’incite pas à se lancer...

Non mais faut bien gagner sa vie

Haut de page


Compter sur les autres, mission impossible ?

Etant handicapée, je suis tenue d’avoir besoin des autres. Au début, cela était loin d’être facile, mais j’ai rencontré des personnes pour qui l’apparence physique était considérée comme moins importante que le désir de VIVRE ! si complètement possible, mais cela demande juste d’être prudent et de savoir sur qui compter.

Non c’est possible d’avoir de bon copains et de bonnes copines Partager le pain avec les autres

Toute la vie en société me parait basée sur la confiance : si je vis aujourd’hui c’est grâce à mes ancêtres, mes parents, au personnel de santé, tous ceux qui travaillent dans l’alimentaire, tous les artisans, les enseignants.... même s’il y a de temps en temps des scandales 90% des gens sont honnêtes n’en déplaise aux médias !

compter sur les autres un peu beaucoup mais pas de façon inconditionnelle telle que je le rêverais !

Je compte sur l’aide de mon Épouse, mais aussi sur celle des professionnels (artisans, professionnel de santé, de la famille, des amis etc...) Mais cela m’est plus difficile en ce qui concerne les voisins

Possible, avec une confiance totale

Est-ce possible de ne compter que sur soi ? Peut-on faire quelque chose de sa vie seul ? Être heureux seul ?

Avec les autres mission possible dans le plus grand respect

NON - Dans nos communautés, je pense qu’on peut compter les uns sur les autres. Pas toujours, pas tout le monde, mais on trouve toujours une main tendue pourvu qu’on sache tendre la sienne aussi...

Non On a besoin de faire confiance pour avancer

Haut de page


Dieu est-t-il présent dans ma vie ?

Oui, je m’abandonne à Lui, mais de façon trop superficielle : je m’explique : ma prière est insuffisante et pauvre, mais je suis sûre qu’Il est toujours présent dans toute les épreuves de ma vie.

A fond ! Et à chaque instant.

Pour moi oui

Dieu est présent dans ma vie, je le crois mais c’est souvent moi qui suis absente !

Dieu est présent au moment de la prière (personnelle ou liturgique), dans ceux que je rencontre, dans la nature, dans les évènements.. ; Son Amour me donne confiance pour vivre et aller vers les autres.

Je ne sais si Dieu est présent lors de ma prière personnelle le matin, mais cela m’ouvre aux autres et à la dimension du monde. Dieu est présent dans l’Eucharistie, ou lors d’évènements exceptionnels tels la chute du mur de Berlin.

Je le crois, oui, je le constate

Dieu est présent, mais il me laisse libre.

OUI toujours

OUI - C’est un soutien et un ami même si parfois je suis en colère, je ne comprends pas ses desseins...

Oui, je m’en remets complètement à Lui.

A fond et à chaque instant !

Oui

Oui. Je crois.

Oui toujours

Oui. Chaque jour je lui parle. Je le remercie. je lui confie mes joies et mes peines. Je lui demande de l’aide. Quelquefois, quand le hasard fait trop bien les choses, je me dis que Dieu est intervenu pour donner un petit coup de pouce.

oui, à chaque instant

Haut de page


Est-il encore possible de faire confiance ?

Ceci est très difficile, mais sans faire confiance, on ne peut pas progresser ! oui bien sûr !

oui en Dieu Les autres pas toujours

Il est indispensable de faire confiance dans les relations familiales sinon cela nuit à l’amour porté à sa femme ou à son mari. Cette confiance est importante avec toutes les personnes qui nous apportent leur aide (professionnels de santé, artisans, banquier, prêtres etc) Néanmoins il m’est très difficile de faire confiance aux personnes que je ne connais pas.

Il le faut. Sinon c’est l’enfer

Oui ; dans une relation vraie et le respect de l’autre dans toute sa dignité

ça dépend à qui... Je n’ai confiance en personne. Je n’attends rien des autres de façon à ne pas être déçue. Je ne me confie à personne et si les choses sont trop lourdes à porter, si mon cœur a mal à exploser, je vais en discuter avec la Vierge Marie... elle sait me rendre un peu d’espoir... un peu de sérénité...

oui, dans ma communauté chrétienne, en famille et au travail non, dans la politique et l’économie en Dieu, toujours

Haut de page


La fraternité, quelles exigences pour la vivre ?

Personnellement, vivant dans une résidence pour séniors, je m’efforce de vivre la fraternité, mais j’ai parfois du mal, car certains sont "imperméables" à toute discussion sérieuse.

le pardon, l’acceptation de la différence comme une chose bonne et non comme quelque chose à gommer ou changer, l’accueil de l’autre, l’ouverture de soi, le dialogue, la prière.

Il faut "les autres" ça va de soi

Pour essayer de vivre la fraternité il me semble que le dialogue, l’ouverture aux autres, la confiance, la vérité en sont les éléments essentiels

Plus facile à dire qu’à vivre. Elle passe par la confiance sans doute.

Vivre en frère c’est faire grandir l’autre ; lui donner toute sa place

Il faut être à l’écoute de l’autre, jamais dans le jugement... On ne peut pas décider pour l’autre, on ne peut pas faire à sa place mais on peut être là dans les bons ou les mauvais moments...

pour être frère et sœur, il faut se reconnaître enfant du même Père. La fraternité républicaine n’est qu’un leurre.

Haut de page


La proximité, une valeur sûre ?

oui

Oui et non Parfois très réconfortant parfois très décevant parfois déroutant parfois pas facile à vivre

La proximité est essentielle afin de connaitre l’autre personne, de lui apporter mon aide, mais elle peut être néfaste dans certain cas.

Indispensable pour le vivre ensemble, la confiance, la fraternité Se faire proche : Savoir écouter

Oui... Loin des yeux, loin du cœur, dit l’adage... C’est vrai... Même si on continue à penser à l’autre quand on est séparé, le temps fait que la séparation, l’éloignement, deviennent de plus en plus facile à vivre. C’est une bonne chose dans certains cas tel qu’un décès mais c’est dangereux dans nos relations avec les autres, que ce soient des relations amicales, une relation amoureuse et même sa relation avec Dieu... Et puis le mot proximité est de la même famille que proche, prochain... Prendre soin de son prochain c’est établir une proximité avec lui...

Oui, on ne vit pas par procuration ou à travers les média. la foi ne peut se vivre qu’incarnée dans les frères et les sœurs que je croise chaque jour.

Haut de page


Pour moi, l’Église c’est ... ?

Pour moi l’église c’est avant tout le rassemblement de personnes venues pour prier ensemble, et pour l’eucharistie, où tous communient au corps du Christ.

C’est pour moi le moyen d’exprimer ma foi qui est parfois chancelante (j’entends surtout ma prière personnelle).

A/ Pour notre église, c’est l’ensemble des chrétiens reconnaissant l’enseignement du pape comme successeur des apôtres.
B/ Pour les églises, c’est l’ensemble des croyants (orthodoxes, protestants, juifs, musulmans) reconnaissant l’existence d’un Dieu unique créateur. Il est regrettable que l’œcuménisme ne soit pas plus réalisé au niveau local. Il me semble qu’au niveau international une seule voix des croyants de toutes confession aurait plus de poids afin d’essayer de partager les richesses de notre planète entre tous les peuples ; d’éviter le pillage de celle-ci, d’éviter des guerres afin de s’approprier le bien des autres.

le peuple de Dieu organisé avec Jésus à sa tête, c’est donc tous les chrétiens, tous ceux qui veulent suivre Jésus : les catholiques, les protestants les orthodoxes, les différentes églises orientales... et sans doute tous ceux qui essaient de vivre selon leur conscience et ne sont pas contre Jésus...

Ma famille

Un bâtiment ! Une communauté Un signe visible

L’institution millénaire, un groupe d’hommes et de femmes et d’enfants, qui ont permis grâce à des comportements, des idées soufflées par l’Esprit Saint, que le lien qui nous unissait aux premiers chrétiens n’ait jamais été rompu. une institution de référence... qui m’aide à donner un sens à ma vie... à comprendre ce que je suis et pourquoi je vis...

1- L’ensemble de tous ceux qui croient en Dieu d’une "certaine façon" et qui doivent rester en communion avec tous les autres chrétiens
2- Une institution qui doit passer le plus clair de son temps à annoncer la Bonne Nouvelle (et pas trop à faire « tourner la boutique », ce n’est pas son objectif principal)

Le rassemblement des chrétiens

L’Église c’est à la fois : 1° une institution qui a pris forme au 2e siècle et a fait preuve d’une grande capacité d’adaptation à la culture gréco-latine et aux mutations historiques jusqu’à l’époque moderne. Elle a été un moteur de progrès humain mais aussi elle a parfois opprimé des consciences. C’est par elle que le message de l’Évangile a pu parvenir jusqu’au 21e siècle, en dépit des vicissitudes et des imperfections de ses fidèles et de ses clercs.
2° un ensemble humain de plus d’un milliard de personnes croyant au Christ mort et ressuscité. Naturellement cet ensemble n’est pas homogène, il y a des divisions entre confessions (c’est connu) et (peut-être autant) à l’intérieur d’une confession.

L’ensemble des chrétiens, amis de Dieu.

le corps du Christ, mais encore...

L’Église, c’est le peuple de Dieu, la grande famille humaine qui est peut-être une Eglise qui s’ignore... Les enfants de Dieu qui ont parfois abandonné Dieu pour d’autres dieux

des communautés diverses mais unies dans une même foi un lieu d’entraide et de charité une institution avec des codes, une hiérarchie, des habitudes, des lourdeurs les religieux, religieuses, prêtres, laïcs engagés

Haut de page


Quelles priorités pour l’Église aujourd’hui ?

L’église se doit de faire passer des informations sur tous les sujets, avec comme toile de fond la foi et l’espérance en un monde meilleur.

S’ouvrir au monde d’aujourd’hui, aux musulmans, aux protestants etc. Insister sur l’écologie, le partage des richesses, du travail, de l’eau, la justice sociale, l’accueil des migrants, dénoncer les scandales des salaires des grands patrons, de l’argent dans le foot, de dénoncer le manque de solidarité. En une phrase appliquer les orientations du pape François. Remercier plus fréquemment les femmes qui œuvrent au sein de chaque paroisse sans lesquelles rien n’existerait. Plus de messe le samedi soir.

C’est annoncer l’évangile de l’amour et de la miséricorde à tous, c’est aimer le monde d’aujourd’hui, c’est s’engager pour la justice ; le partage des richesses, du travail, l’accueil des migrants, écologie..., reconnaître et donner une place plus importante aux femmes.
et tout cela le faire en collaboration avec tous. L’œcuménisme et le dialogue inter-religieux me paraissent indispensables.

Annoncer Jésus ! Et pas à moitié. L’annonce indirecte par notre style de vie reste importante mais l’annonce directe doit redevenir quelque chose de normal ! Oui, à l’évangélisation. Et notre diocèse en a grand besoin...

La fraternité La simplicité L’ouverture Trop gouvernée par les hommes Pas assez de consensus entre les hommes et les femmes

Entrer dans ce monde du 21e sans perdre son âme. Entrer dans un monde où l’homme est fasciné par les découvertes de toutes sortes qui nous transportent vers l’infini. Choisir entre l’humilité ou l’orgueil. L’ouverture, mais pas à n’importe quel prix....

Accueillir - Donner des références de vie - Faire connaître le message du Christ.

Annoncer la Bonne Nouvelle (dans une langue véhiculaire), vivre tournée vers l’avenir (arrêter de (ou ne pas laisser) dire que c’était mieux avant), se laisser bousculer par les plus jeunes, s’adapter aux cultures de toutes les régions du monde, s’adapter comme elle la fait depuis le début, mais un peu plus vite qu’avant parce que le monde change plus vite. Éviter de brouiller le message en évitant les « affaires »

L’unité des équipes pour témoigner de l’évangile

Sa priorité est celle de toujours : se convertir à l’Évangile et se mettre au service des hommes de notre temps. C’est vite dit, mais cela suppose de ses fidèles beaucoup d’écoute, d’ouverture, de recherche de vérité et de courage. Cela leur demande aussi de donner plus d’importance à ce qui les unit qu’à ce qui les divise. Dans le concret, les chrétiens ont à vivre prioritairement une vraie fraternité

Les jeunes, à mon avis, pour l’avenir. Et puis les vocations, bien sûr. Annoncer l’Évangile du Christ ressuscité. Annoncer la Bonne Nouvelle Témoigner de la joie de croire

annoncer Jésus sauveur à tous, jeunes, vieux, baptisés, non baptisés, musulmans, athées ...

Haut de page


La paroisse, une institution dépassée ?

Oui, je pense que la paroisse est plutôt une notion géographique et pratique dans certains cas.

Considérant la diminution drastique du nombre de prêtres ainsi que des fidèles, il me semble approprié de regrouper en une seule ou plusieurs entités selon la taille de la ville les tâches administratives, les préparations aux baptêmes, aux mariages, les réunions de prières, en changeant autant que possible le lieu afin que ce ne soit pas toujours les mêmes personnes qui se déplacent. Conseiller la lecture des hebdomadaires chrétiens (La Vie, le Pèlerin), d’écouter les émissions de R C F, de lire des ouvrages de réflexion, de regarder les émissions de qualité sur la TV

Ce que j’aime dans la paroisse c’est qu’elle est locale, concrète, et diverse (âge, milieux sociaux, tendances politiques...) chacun peut en toute liberté entrer et sortir... par contre elle me paraît insuffisante : pas assez de dialogue, d’échanges sur les évènements d’actualité importants ... besoin d’approfondissement, promouvoir Radio chrétienne, hebdomadaires chrétiens, internet, réseaux sociaux...

le temps de l’homélie pourrait être aussi un temps d’échange sur la parole.. style lectio divina ou questions réponses sur les textes ou de silence parfois avec simple reprise de phrases...

Paroisse trop lourde à faire fonctionner des regroupements semblent urgents. Surtout pas ! Et avec un rôle du prêtre et du laïc équilibré ! Un laïc qui prend la main sur tout (ou un groupe de laïc) c’est aussi mauvais qu’un prêtre qui croit tout connaitre.

Très souvent Elle ne bouge pas beaucoup Elle ne s’adapte pas vite Elle manque d’ouverture Trop gouvernée par les hommes Pas assez de consensus entre les hommes et les femmes

La paroisse est un élément indispensable, essentiel, un peu comme les enfants dispersés de nos familles qui comptent sur leurs parents pour garder ce lien dont ils ont besoin pour avancer et se construire. Elle est un lieu d’accueil mais aussi un lieu où l’on est sûr de trouver quelqu’un qui nous rend ce Dieu invisible un peu moins lointain. 3, 4, 5 prêtres dans une même ville qui tournent sans cesse ne présentent plus guère d’intérêt à vrai dire.... La paroisse tel que le diocèse de Poitiers la conçoit est effectivement sinon dépassée, en tout cas hors de propos ou hors sujet. N’est-ce pas votre ancien évêque Mgr Rouet qui a eu cette belle expression : la paroisse est une institution dépassée, datant du Moyen Age !!!!

Non... Loin des yeux, loin du cœur... La paroisse d’aujourd’hui n’est déjà plus au cœur de nos villages, de nos vies... Il faut arriver à donner une visibilité à notre religion... Comment faire ? Entre le dogme et l’évolution de la société, le gouffre est immense et semble se creuser de jour en jour.

La paroisse est toujours dépassée donc elle doit continuellement s’adapter car elle est indispensable pour que dans chaque petit coin de la terre les chrétiens puissent vivre « en Église ».

Cela dépend du rôle que l’on donne à cette institution. Il faut retrouver le sens de l’étymologie du mot : "para oikeo", habiter en pays étranger. La paroisse, par nature, n’est pas stable, c’est le lieu où l’on se retrouve pour se mettre en marche.

Institution en évolution, qui se cherche encore et où chacun doit apporter sa pierre.

Institution en évolution, qui se cherche encore et où chacun doit apporter sa pierre.

Non, je ne pense pas. Il faut bien des institutions, sinon, il n’y a plus de points de repères.

non c’est la proximité, la première communauté

Haut de page


Pourquoi être baptisé aujourd’hui ?

Pour entrer dans la grande famille des chrétiens en acceptant d’être enfant de Dieu et essayer de conformer ma vie à l’évangile.

Être baptisé aujourd’hui pour les adultes, c’est librement vouloir faire partie de la famille des chrétiens, adhérer à la foi de Jésus Christ, s’engager à vivre leur foi. Pour les petits enfants, c’est le souhait des parents de reconnaitre que leur enfant est également fis de Dieu, qu’il souhaite que celui-ci soit catéchisé, qu’il continu adulte de pratiquer et de croire.

Pour faire partie du peuple des chrétiens croyant en Jésus Christ fils de Dieu. Pour être enfant de Dieu et avoir la vie éternelle !

Aujourd’hui comme hier, pour recevoir l’Esprit saint qui nous guide sur les chemins de notre vie

Pour faire partie de la famille du Christ. Pour appartenir à une famille qui prône l’amour de l’autre, la Paix, la solidarité....

Pour devenir chrétien

Pour recevoir l’Esprit Saint

Pour recevoir la grâce de vivre avec Dieu à chaque instant de notre vie. La force de l’Esprit saint nous est donnée et elle guide nos pas.

Pour entrer dans la famille des croyants. Suivant la volonté des parents pour les plus petits et ce choix pas toujours assumé ensuite ! Par choix personnel pour les autres et j’ai beaucoup d’admiration et de respect pour eux.

Devenir enfant de DIEU et témoigner de sa mission

Haut de page


Témoigner de sa foi, mission impossible ?

vivre de telle manière que l’on me pose des questions...

C’est parfois risquer une parole, partager son enthousiasme de croyante tout en étant prête à écouter les raisons de vivre et l’opinion de l’autre, c’est essayer d’entrer en dialogue...

Je constate que dans certains milieux le mot catho est reçu négativement le mot chrétien passe mieux !

Cela présuppose que je continue à chercher à mieux comprendre et vivre ma foi...

Témoigner de sa foi oralement est très difficile dans le contexte actuel, il me semble nécessaire d’avoir une grande foi, une culture religieuse, de savoir écouter, envie de répandre "la Bonne Nouvelle". Néanmoins il faut espérer que notre mode de vie pose une interrogation pour les personnes incroyantes. Je suis persuadée que témoigner de sa foi est très difficile, sinon par sa façon de vivre !

Au contraire ! Cela fait un peu peur mais c’est très riche pour soi et pour les autres. C’est une priorité.

Si, on peut témoigner de sa foi , ne serait-ce que par notre façon de vivre et de parler avec les autres

Non. Ce n’est pas toujours facile mais on y arrive avec un peu de bonne volonté...

L’Esprit Saint est là pour nous aider

Non Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile

Non, ce n’est pas mission impossible car rien n’est impossible à Dieu et il est avec nous tous les jours..... Il suffit de vivre dans l’amour et le service des autres.

Qu’on le veuille ou non notre façon de vivre est un témoignage

Témoigner de sa foi par l:accueil ;la disponibilité ;le partage ;l:ecoute ;la vie de relation vraie

Haut de page


Comment vivre comme Jésus-Christ ?

C’est d’abord fréquenter le Jésus de l’évangile pour le regarder vivre et agir / Voir le temps et l’importance qu’il accorde à la rencontre de Dieu son Père dans la prière c’est essayer de consacrer un temps régulier et quotidien à la prière... Voir sa façon d’aborder les gens, de les guérir, sa façon d’être ouvert à tous, de n’enfermer personne, de les aimer...

c’est Le laisser m’apprendre à aimer...

En aimant tout les habitants de la planète, en partageant, en ne critiquant pas, en suivant les préceptes des évangiles. Cela est facile à écrire mais impossible à vivre pleinement pour la majorité des personnes.

En essayant de vivre au plus près de l’évangile.

Être au plus près des gens, apprendre à les connaitre et les accepter, les écouter et leur parler en vérité à la fois sur le bien et sur le mal qu’il faut. Et l’amour, mais un amour sincère, des autres.

Il faut d’abord le connaître, sinon on ne pourra pas vivre comme Lui. Vivre en aimant les autres et Dieu.

Là, c’est plus compliqué... On a beau se dire qu’il ne faut pas juger, qu’il faut aimer, il y a des jours où on dérape... L’essentiel n’est-il pas d’essayer de faire de son mieux ?

En priant, en aidant nos frères et en reconnaissant en chaque homme la présence du Christ

C’est dur On a besoin de la prière et de nos frères chrétiens

En lisant chaque jour sa Parole et en la mettant en pratique. le maître mot est AIMER

Mission impossible

ALLER VERS LES AUTRES

Haut de page


Quelle est la bonne nouvelle de l’Évangile ?

C’est que Jésus a définitivement vaincu le mal et la mort, Il est mort par amour pour nous sauver chacun est aimé gratuitement et inconditionnellement et appelé un jour à vivre avec le Vivant ressuscité.

Que Jésus, fils de Dieu, est mort sur la croix afin de racheter les péchés de l’humanité, que Dieu nous aime, qu’il veut le bonheur de l’être humain.

Que quelles que soient nos croix à porter, nous serons sauvés.

Jésus est mort pour moi sur une croix car Il est fou d’amour pour moi et pour le monde ! Il veut m’utiliser pour toucher les cœurs et aller annoncer cet amour fou à tous.

Apporter de l’air frais

D’avoir la Vie éternelle avec Dieu puisque nous sommes déjà ressuscités !

Donnez et vous recevrez...

Que nous sommes tous frères et sauvés

Jésus est mort et ressuscité pour nous. Il a vaincu la mort et le péché. Dieu nous aime d’un amour infini et gratuit. Il propose cet amour à chacun de nous Christ nous a donné sa vie pour que nous vivions par Lui avec Lui et en Lui, pour que nous vivions de sa vie ! et cela pour l’éternité

Deux Il est ressuscité et Dieu est miséricorde

Aimer vous les uns les autres comme je vous ai aimé

Haut de page


Pour moi, est-ce facile de faire confiance ? Oui ? Non ? Pourquoi ?

J’avoue que certaines personnes m’inspirent confiance, d’autres non, néanmoins je reste méfiant et prudent en attendant de mieux connaître la personne. Ayant côtoyé des gents du voyages lors de mon travail, je sais que l’habit ne fait pas "le moine ". Lors de réunion entre catholiques j’ai en général confiance entre tout les participants. Ce qui m’empêche faire confiance, la crainte d’être volé, voir agressé, certaine personne étant sous l’influence de drogue.

Oui, mais avec prudence. Il ne faut pas être inconscient non plus. J’ai un bon instinct. en général une personne à qui tu ne peut pas te livrer ça se voit.

Pas toujours. J’ai besoin de connaître les gens pour leur faire confiance

Non... Peur du jugement, de la trahison...

En général, oui mais parfois je ne suis pas assez méfiante

Haut de page


En qui puis-je avoir confiance ? Dans ma famille ? En Dieu ? Autre ...

Dieu, ma famille, les prêtres, les personnes que je connais depuis un certain temps, le diagnostic du monde médical même s’il y a des erreurs, le chauffeur de bus, de train, le pilote d’avion ou de bateau.

En Dieu pour tout et en tout temps. En famille pour certaines choses seulement, en mes amis pour certains complètement, pour d’autres que sur certains sujet. Dans mes frères et sœurs de communauté chrétienne.

Oui en Dieu dans les amis mais qui peuvent changer On peut se tromper en donnant sa confiance à quelqu’un

Dans les membres de ma famille, mais là encore pas tous...hélas ! Dans certains amis, en Dieu toujours car il ne déçoit jamais

En Dieu... oui. Pour le reste, ça dépend des sujets et des personnes... Mais faire confiance à quelqu’un c’est prendre de grands risques... Le jeu en vaut-il la chandelle ? J’aimerais trouver quelqu’un qui convainque que oui...

Surtout en Dieu, puis en mes amis

Haut de page


Quel est mon rêve ? Quelles sont mes peurs ?

Mon rêve serait la paix sur la terre entière, la justice, le partage des richesses, l’amitié entre tous les hommes et les femmes, la confiance, l’entraide face aux aléas de la vie, l’écologie, en un mot que l’humain soit la priorité par rapport au capital
Mes peurs l’accident nucléaire ou la guerre nucléaire, la "folie" des attentats, le mauvais choix de certains chefs d’Etat, la maladie grave, la peur de mourir même si cela est inéluctable.

Être sainte ! Et avoir une famille au service de Dieu. Ne pas réussir, prendre de mauvaise décisions, blesser les gens.

Mon rêve : un monde d’amour et de paix, de vérité et de liberté
Mes peurs : la souffrance, la maladie

Mon rêve : trouver un(e) ami(e), un(e) confident(e), quelqu’un avec qui partager les bons et les mauvais moments...
Mes peurs : la solitude, faire du mal à autrui, ne pas savoir écouter mes proches...

Vivre l’amour véritable est mon rêve.
Ma peur est de ne pas y parvenir.

Haut de page

Répondre à cet article