LES MOTS DE NOËL

Pendant la période de Noël, nous utilisons tout un vocabulaire dont nous ne maîtrisons pas toujours le sens précis. Efforçons-nous d’en clarifier la signification.

Avent. Ce mot est souvent confondu avec « avant ». On pense qu’il y a a là une faute de frappe, voire pire, une faute d’orthographe. Le mot français date du XII° siècle. En réalité, le mot vient du latin adventus, « arrivée ». Le verbe advenir existe en français (« arriver, survenir, arriver ». Petit Robert ). Il est vrai qu’on parle de la période de l’Avent, qui vient avant la nativité. Le temps de l’Avent est le temps de l’attente de l’arrivée du Sauveur. Ainsi l’Avent vient avant l’avent !

Crèche. Le mot signifie « asile », lieu où l’on se refuge, quand on n’a pas d’autre lieu. Luc parle d’un mangeoire, où Marie couche son petit bébé. Nous avons fait de la mangeoire tout un bâtiment, la crèche, avec un bœuf et un âne pour réchauffer l’enfant ! C’est touchant certes, mais le texte de l’Evangile est plus discret.

Gloria in exclesis Deo. Traduction latine du texte grec originel. « Gloire à Dieu au plus haut des cieux ». C’est la première partie du chant des anges qui rendent gloire à Dieu. Pour la naissance du Sauveur, nous aussi devons bien rendre gloire à Dieu.

Nativité. (transposition du latin nativitas). Ce terme désigne la naissance de Jésus, Fils de Dieu.

Noël. Les spécialistes expliquent que ce mot vient de l’expression latine (du latin d’Eglise, 1120), « natalis dies » (jour de la naissance). Mais ce terme est uniquement utilisé pour désigner la naissance de Jésus. Il faut dire que cette naissance est très particulière puisqu’elle est naissance du Fils de Dieu. Ce qui fait que Marie a été déclarée Mère de Dieu.

Pax hominibus bonae voluntatis. « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ». Traduction latine du texte grec originel. Plus explicite la Traduction oecuménique de la Bible dit : « Sur la terre paix pour ses bien-aimés ». C’est la volonté de Dieu de faire du bien aux hommes. Cette partie du chant des anges s’adresse aux bergers, et au delà à tous les hommes.

Ainsi à partir de ces considérations, on peut dire que
la fête de Noël est une fête joyeuse :
joie où nous sommes d’être aimés de Dieu,
joie où nous sommes d’être sauvés
.

Alain.