LA LUMIERE LUIT DANS LES TENEBRES

S'il y a une parole qui nous permette de comprendre ce qui va arriver parmi nous, c'est peut-être celle de l'Evangile de Jean : "La lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas reçue". Il est question de ténèbres, de nuit et de lumière.

Par l'imagination nous avons devant les yeux la crèche :

seule la grotte est éclairée par une faible lumière,
et autour c'est l'obscurité.

     Les ténèbres sont la confusion, le manque de sens, l'autosuffisance, la tentative pour construire notre vie et nous organiser avec nos propres forces, pauvres et faibles.

 Souvent cette tentative aboutit à l'amertume et au désespoir, ou du moins à une résignation envers d'innombrables choses impossibles à réaliser et nombreux buts que nous sommes incapables d'atteindre.

 Les ténèbres qui se trouvent en nous et hors de nous sont le manque de raisons d'espérer et de vivre ; nous nous traînons de jour en jour en espérant une amélioration qui ne vient jamais ; nous nous préoccupons des petites choses quotidiennes, sans jamais réfléchir profondément à l'essentiel dans notre vie.

 Souvent, cette confusion est immense : elle est en chacun de nous ; elle s'accroît dans la société, en bien des situations autour de nous, en bien des choses absurdes qui ne devraient pas exister, proches ou loin de nous.

 Aussi souffrons-nous profondément de ces ténèbres du monde.

 La lumière luit dans les ténèbres ; ce n'est assurément pas une grande lumière, mais nous savons tous que dans l'obscurité, il suffit d'une petite flamme pour éliminer la peur ; il suffit d'un instant, d'un éclair pour faire en sorte que cette obscurité ne soit plus un destin irrévocable mais une situation où nous pouvons vivre et marcher.

 Cette lumière qui luit dans les ténèbres n'est pas chose fortuite ; elle est une réalité personnelle et vivante, qui nous arrache à la confusion et au non-sens pour nous indiquer une direction, pour nous donner la capacité de marcher, d'avancer et de voir où nous allons.

 La lumière qui luit dans les ténèbres n'est pas une lumière abstraite, une vérité générale ou une simple exhortation à nous aimer. Elle est une réalité vivante et personnelle ; elle est Jésus-Christ, fils de Marie et fils de Dieu.

 Marie, mère de Jésus, est la première à le comprendre parfaitement, à comprendre que la vie de l'humanité se renouvelle par cet Enfant qu'elle a devant elle.

 Les ténèbres n'ont pas éteint cette lumière, dit l'Evangile. Une fois qu'elle s'est allumée dans le monde, en nous, dans la famille, dans la société, il n'y a plus de force qui puisse l'éteindre.

 Cette lumière qui luit en nous et que nous devons sentir en nous est la certitude que Dieu aime en Jésus-Christ notre monde, notre société, notre ville.

 Malgré tout, malgré les ténèbres et la peur, Dieu nous aime en Jésus-Christ et nous pouvons donner à notre vie une signification constructive et vraie.

 Père Gérard Gally