L’église Saint-Hilaire de Niort a 150 ans

L’église Saint-Hilaire, 150 ans au cœur de la ville

JPEG - 88 ko

L’église mérite bien qu’on lui offre une fête pour son anniversaire !
A partir du 14 janvier 2016 et tout au long de l’année, une exposition retraçant son histoire sera présentée.
Mgr Pascal Wintzer viendra y célébrer une messe solennelle pour la ville à 10h30 le 17 janvier 2016, en présence d’une partie des descendants de l’architecte M. Segretain.

Le 14 janvier 1866, l’église Saint-Hilaire ouvre ses portes au culte et au peuple niortais. Depuis le 13 octobre 1852 et la visite de Louis-Napoléon Bonaparte, 10 ans se seront écoulés avant la pose de la première pierre, suivis de 4 années de construction.
L’église est construite dans un style romano-byzantin avec une façade dans le style roman poitevin. En novembre 1864, l’architecte M. Segretain, meurt ; l’église sera achevée par M. Durand. On utilise matériaux et artisans locaux : la pierre de Souché, les ferronneries du baptistre des fonderies niortaises, les statues, telle saint Radegonde, des ateliers Vidiani à Niort. Des artisans vendéens assurent les décors, tandis que Louis Germain, peintre niortais (école de David), réalise les peintures bibliques. Les vitraux sortent de Lobin à Tours et Dagrant à Bordeaux. Construit au XIXème, l’intérieur n’est pas resté figé dans le temps.

JPEG - 89.5 ko

Avant son ouverture au culte, l’église est le lieu d’une grande exposition qui permet d’admirer peintures et objets liturgiques et différentes pièces parfois étranges, l’extérieur étant consacré à des jardins anglais avec essences rares ou matériel agricole à vapeur. Un régiment donne régulièrement un concert. L’exposition se termine par un grand feu d’artifice où éclate la silhouette de Saint-Hilaire dans le ciel.
Il est donné aux visiteurs d’admirer le travail des décorations qui s’est effectué sur trois siècles. Aux éléments d’origine, s’ajoutent un chemin de croix et un tabernacle du XXème. Le nouveau choeur sera réalisé au XXIème.
L’orgue centenaire, qui a accueilli les plus grands, est aujourd’hui très fatigué. L’église subit nombre d’intempéries et tornades. La seconde guerre mondiale et l’explosion du bar d’en face en 1994 laissent à ce bel édifice quelques cicatrices. Deux personnes décident de s’y suicider, une Souchéenne en 1911 et le sacristain le 11 novembre 1918.
aujourd’hui, l’église Saint-Hilaire est toujours active, solidement ancrée au sommet de la Brèche, veillant sur la vie qui se déroule à ses pieds comme sur les nombreux passants venant du cinéma ou des restaurants pour une visite, une prière.

F. B.
Histoire de l’église de Saint-Hilaire

Répondre à cet article