L’Assomption

Que fête-t-on le 15 août, jour de l'Assomption ?

L’ Assomption
Au milieu de l’été, le 15 août, nous fêtons l'entrée de Marie dans la gloire de Dieu : l’une des manifestations de la surabondance des dons que, dans son amour, Dieu fait à l’humanité.
Marie :
- une femme dont nous ne savons rien ou presque : les Evangiles sont discrets ; mais nous savons tout quand nous disons qu’elle fut la mère de Jésus et qu’elle est donc la Mère de Dieu ;
- une femme qui a conscience de sa pauvreté, qui a tout reçu de Dieu, et qui en est fière ;
- une femme qui a connu son lot de joies et de peines parce qu’elle appartient à notre humanité ;
- une femme proche de chacun de nous que nous prions et que nous aimons.
Au milieu de l’été, le 15 août, nous fêtons son entrée dans la gloire de Dieu : l’une des manifestations de la surabondance des dons que, dans son amour, Dieu fait à l’humanité. Le jour viendra où chacun de nous, par grâce, partagera lui aussi en plénitude la vie de Dieu.
Par grâce, par amour, c’est-à-dire sans mérite de notre part.
« Au terme de sa vie terrestre, l’immaculée Mère de Dieu a été élevée corps et âme dans la gloire du ciel. » Ainsi le pape Pie XII définit-il en 1950 l’Assomption de Marie.
Mais, en réalité, dès le concile d’Ephèse en 431, on voit naître la conviction qui s’étendra progressivement à toute l’Eglise, que Jésus, vainqueur de la mort, a ressuscité le corps de sa mère.
Vers la fin du V° siècle, on vient en pèlerinage à Jérusalem dans l’église qui conserve le tombeau de Marie. A Rome une grande procession nocturne accompagne l’icône du Christ conservée au Latran d’abord vers le Forum, puis, de là, jusqu’à la basilique Sainte Marie Majeure où elle rencontre celle de Marie Salus populi romani, salut du peuple romain.
Demeurer en présence du mystère de l’amour de Dieu manifesté dans le Christ, le contempler, le célébrer et l’annoncer sont les raisons d’être de l’Eglise. La tradition catholique et la piété populaires vient en Marie comme une figure, le modèle de ce qu’elle doit vivre et de ce que chaque chrétien est appelé à vivre.

Une vie ajustée à la Parole de Dieu.
« Marie est une invitation à nous enraciner dans l’écoute et l’accueil de la Parole de Dieu. La foi n’est pas tant une quête de Dieu que la reconnaissance par l’homme que Dieu vient à lui, le visite et lui parle …
« De Marie nous apprenons à connaître le Christ. La foi renvoie sans cesse à Jésus.
« Marie qui a porté le petit enfant de Bethléem, nous révèle l’infinie humilité de Dieu. Marie qui a reçu dans ses bras le corps supplicié de Jésus, nous montre comment accueillir toutes les vies qui, dans notre monde, sont défigurées par la violence et le péché. De Marie nous apprenons le sens de la puissance de l’amour telle que Dieu la déploie et la manifeste dans la vie de Jésus :
« Il disperse les superbes ; il relève les humbles. »
De Marie, disciples du Christ, nous apprenons le sens et le goût de la louange devant l’œuvre de Dieu :
« Le Puissant fit pour moi des merveilles », merveilles dont nous avons à garder la mémoire en ce monde en veillant dans l’attente du Jour du Seigneur » (D’après la Lettre aux évêques de l’Eglise catholique sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Eglise et dans le monde. Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 31 juillet 2004).
Aussi pouvons-nous apprendre de Marie à être là où Dieu nous donne d’être, là où il nous appelle à vivre notre vie

Un guide pour notre prière.
Prions avec Marie : « Que l’âme de Marie, écrit saint Ambroise, soit en chacun de vous pour qu’elle exalte le Seigneur ; que l’esprit de Marie soit en chacun de vous pour qu’il exulte en Dieu. » Nous pouvons demander à Marie d’accompagner notre prière. Nous savons que nous avons en elle un guide et un appui, et c’est en toute confiance que nous pouvons lui dire : « Priez pour nous, pauvres pécheurs. »
Regarde l’Etoile, invoque Marie !
texte de Saint Bernard
Monseigneur Jean-Charles Descubes Archevêque de Rouen
Une catéchèse de Mgr Descubes
+ Jean-Charles Descubes
 

 

 

http://www.eglise.catholique.fr/foi...