Il a demeuré parmi nous

Il a demeuré parmi nous

Souviens-toi, Seigneur, que tu as été un homme.
Souviens-toi de Bethléem, Seigneur,
Souviens-toi que tu es venu chez nous
Souviens-toi que de Joseph et Marie tu as été l’enfant.
Souviens-toi de l’accueil que t’ont réservé les pauvres et les bergers.
Souviens-toi que tu as été un homme.

Souviens-toi de Cana, Seigneur,
quand tu changeas l’eau en vin comme on change la morosité en joie.
Souviens-toi que tu as été pour le bon vin, pour la fête et pour l’Eucharistie.
Souviens-toi que tu es pain et vin pour les hommes.
Souviens-toi que tu as été un homme.

Souviens-toi de Capharnaüm, Seigneur,
de sa colline, de son port de pêche, ta rencontre avec les hommes.
Souviens-toi de nos péchés et de Marie-Madeleine.
Souviens-toi de ton humour et de la Samaritaine.
Souviens-toi de l’appel de Pierre, Jacques et Jean et les pêcheurs du lac.
Souviens-toi quand tu marchais sur nos chemins,
quand tu prêchais sur la plage, quand tu priais sur la montagne.
Souviens-toi que tu as été un homme.

Souviens-toi de Jérusalem, Seigneur.
Souviens-toi de ta souffrance et du Vendredi.
Souviens-toi des oliviers et de Gethsémani.
Souviens-toi du vent qui faisait trembler ton âme.
Souviens-toi de la pâleur de ta main repoussant le calice.

Souviens-toi de Judas pour nous sauver.
Souviens-toi de ta croix, pour nous comprendre.
Souviens-toi que tu as été un homme.

Mais surtout Seigneur, souviens-toi :
la Pâque à Jérusalem
le 9 avril de l’année 30
.

Souviens-toi de Marie-Madeleine pleurant sur la pierre froide du tombeau
mais tu étais là Seigneur, tu l’attendais.
Souviens-toi de son regard qui s’emplissait des larmes de la joie.
« Mon Seigneur et mon Dieu ».

Souviens-toi de Pierre et de Jean, de ces deux galiléens, de ces demi-fous
qui dévalaient à toutes jambes la ruelle qui conduit à la porte d’Ephraïm.
« N’ayez pas peur, c’est moi. Paix à vous ».
Pierre et Jean ont connu :
l’étrange fourmillement de l’espérance quand il envahit le corps
et l’étrange ivresse de la joie quand elle envahit le coeur
et les paroles balbutiées à travers les larmes du bonheur.
« Mon Seigneur et mon Dieu ».

Souviens-toi Seigneur, de Cléophas et de son compagnon,
de ces deux disciples qui marchaient vers Emmaüs.
Le désespoir se collait à leur peau
comme la poussière du chemin se collait à leurs pieds.
Mais ils t’ont reconnu, Seigneur,
au signe de la fraction du pain, au signe de l’Eucharistie.
Coupant à travers les champs d’oliviers, courant à l’ombre des cyprès,
tirés en avant par une folle espérance, par une joie extrême,
ils vont porter leur message :

« Le Seigneur est ressuscité ! »

Ce soir, la neige tombe sur Bethléem.
Les bergers ont rentré leurs troupeaux.
Bientôt Noël chantera !

Souviens-toi de ta venue
au cœur de ce monde.
Souviens-toi de ta venue
pour nous sauver.

Père Joseph GUILBAUD

Lire les autres textes du Père Joseph GUILBAUD

Temps de Noël