C.R. de la réunion du 5 mai 2018 à Parthenay


Le 5 mai, nous nous sommes retrouvées à Parthenay pour une récollection sur le thème : « L’Eglise se fait conversation ». Femme en équipe locale dans cette ville, Geneviève Lucet s’est arrêtée pour faire un DUET. Aujourd’hui, elle accompagne des groupes de partage d’Evangile. Avec bonheur et notre bonheur Geneviève nous a commenté le texte « Philippe et l’eunuque éthiopien » (Ac8, 26-40).

Après le temps d’accueil (Michèle), nous chantons « Souffle imprévisible, Esprit de Dieu ». Nous nous présentons, deux femmes hors Acf, plus une l’après-midi.

Après lecture du texte. (Chacune a en main le texte). Geneviève explique le livre des Actes des Apôtres, livre de l’Eglise naissante, livre des Actes de l’Esprit Saint, livre écrit dans la continuité de l’Evangile de Luc. Elle présente la vie de l’auteur, Saint Luc. Elle nous fait découvrir ce récit de rencontre de Philippe et l’eunuque éthiopien (Ac, 8,26-40). C’est un récit de conversation, d’évangélisation qui illustre le thème : « L’Eglise se fait conversation » Ecclesiam Suam », (Paul VI, 6 août 1964). Geneviève nous fait parcourir pas à pas ce récit elle nous explique chaque verset en dégageant le message qui nous est adressé aujourd’hui. Faire confiance à l’Esprit Saint, écouter sa voix, lui être disponible comme Philippe. Qualité d’écoute, respect, accompagner, s’asseoir, (être au même niveau), se faire totalement solidaire. Annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, mort et ressuscité. L’éthiopien lit un texte de l’Ecriture qui lui reste fermé. Il ne comprend pas. Philippe accompagne l’éthiopien, lui raconte la vie de Jésus.

La vie de Jésus est la Bonne Nouvelle qui éclaire. Après avoir fait un bout de chemin ensemble, l’éthiopien adhère à la vie de Jésus, il demande le baptême et Philippe le baptise. Quand ils sortent de l’eau, l’Esprit du Seigneur emporte Philippe, l’eunuque ne le voit plus, mais Il poursuit son chemin dans la joie. (Ac 8,39). Et nous, comment sommes-nous dociles à l’Esprit Saint pour oser dire notre foi ? Geneviève conclut en nous citant le n°284 de la Joie de l’Evangile : Marie, mère de l’évangélisation.

En fin de matinée, nous avons participé à l’Eucharistie.

Suite au repas partagé, nous avons échangé sur le texte de la façon suivante : Chant à l’Esprit Saint « Souffle imprévisible », Prière d’Origène lue ensemble « Quand tu prends le livre des Ecritures » (HomélieXII,5 sur la Genèse), lecture du texte « Philippe et l’eunuque éthiopien », temps de silence, souligner 2 ou 3 mots ou expressions qui nous interpellent, relecture du texte, récapitulation de tous les mots soulignés, puis en relisant, chacune s’est exprimée sur le pourquoi de ces mots, et nous avons échangé , partagé notre foi, dans une écoute mutuelle et respectueuse. « Je ne prie pas souvent l’Esprit Saint, je n’y pense pas. » « La joie est le fruit de l’Esprit Saint ». « Donne-nous Ta joie, Jésus ». « Comment écouter l’autre qui est différent de nous ? ». « Quel témoignage d’amour pouvons-nous poser ? » « Comment se faire proche de personnes en quête de sens ? ». « Tout ce que l’homme humanise, Dieu le divinise » nous rappelle le Jésuite, François Varillon. L’Eglise entre en dialogue avec le monde dans lequel elle vit. Le dialogue authentique accepte la différence.
Puis, après ce riche partage, nous nous donnons la main pour prier ensemble « Notre Père ».

Nous nous quittons, la joie au cœur, heureuses de ces échanges avec Geneviève.

Répondre à cet article