Activités de l’ESH 2018 - 2019


- Conférences

- Atelier philosophique

- Retransmission de « Mardis d’éthique publique »


Conférences


JPEGJeudi 14 mars à 20H30 PÔLE UNIVERSITAIRE DE NIORT (Amphithéâtre Galuchet - Bât n°JO3 R-C) 11, rue Archimède - Niort (Entrée parking au rond-point à la jonction des Av de Wellingborough et Salvador Allende)

"Enjeux des élections européennes : la démocratie à l’épreuve des populismes"

Par Dominique BREILLAT, Politologue
Professeur émérite de droit public, Université de Poitiers,
Doyen honoraire de la Faculté de Droit et des Sciences sociales de Poitiers

"Du 23 au 26 mai auront lieu les élections pour désigner le Parlement européen, le scrutin se déroulant en France le 26 mai.
Ce scrutin qui est malheureusement celui connaissant le plus fort taux d’abstention est en réalité l’un des plus importants pour notre pays quand on sait l’importance des décisions de l’Union européenne (règlements, directives...) dans notre vie quotidienne. Or celles-ci sont élaborées essentiellement par le Conseil qui représente les Etats et le Parlement européen, la Commission faisant des propositions et exécutant mais ne décidant pas.

Ces élections vont se dérouler dans un contexte difficile marqué par le Brexit, des relations tendues avec les Etats-Unis et surtout la montée des populismes, des courants eurosceptiques de toute nature dans nombre de pays, certains étant au pouvoir comme en Hongrie, en Pologne, en Italie. La France n’est pas épargnée par cette vague et cela conduit à donner un caractère national et non européen aux élections.

Or, l’objet des élections européennes n’est pas de sanctionner le gouvernement national mais de désigner des représentants de notre pays dans une instance majeure de décision. La France, en raison de ce comportement "national" des électeurs oublie la dimension européenne du scrutin, et n’envoie pas de parlementaires ayant une forte expérience européenne mais bien souvent propose des candidats ignorant les questions européennes et ne pouvant jouer un rôle majeur dans le Parlement à la différence de pays comme l’Allemagne.

Il convient donc de bien connaître l’aptitude des candidats à pouvoir siéger à Strasbourg et Bruxelles. L’expérience montre que les parlementaires actifs, et ils sont plus nombreux qu’on le pense, font évoluer les décisions de façon positive.

L’enjeu des élections européennes sera aussi de désigner une nouvelle Commission. Celle-ci doit avoir l’aval du Parlement européen.

Rappelons aussi que le Parlement européen dispose d’un pouvoir de veto en ce qui concerne certaines évolutions de l’Union européenne. Les traités conclus par l’Union européenne doivent être approuvés par le Parlement et bien sût tout élargissement ne peut avoir lieu qu’avec son accord.

Il convient donc de connaître ce qu’est le Parlement européen et le contexte dans lequel auront lieu les élections pour voter en connaissance de cause le 26 mai en France."


Dominique Breillat

Revoir les titres des conférences précédentes


Atelier philosophique

L’atelier philosophique animé par le Père Jacques Bréchoire avec pour thème cette année :

Les promesses de la vérité

« Tout le monde aspire à une vie heureuse » disait Aristote.
Or on n’imagine pas de bonheur sans quelque expérience du bien, du vrai et du beau : Le Moyen Age les a appelés les trois « transcendantaux ».
Nous nous interrogeons cette année sur le Vrai et sur ce qui nous pousse à rechercher la vérité.
Quelles sont ses extraordinaires promesses… et aussi ses difficultés ?

Cet atelier aura lieu à l’Espace saint Hilaire 34, rue du 14 Juillet à Niort de 18h à 20h
- lundi 17 septembre 2018,
- lundi 15 octobre 2018,
- lundi 12 novembre 2018,
- lundi 3 décembre 2018,
- lundi 7 janvier 2019,
- le mardi 12 février 2019,
- lundi 18 mars 2019,
- lundi 8 avril 2019,
- lundi 13 mai 2019.


Retransmission de « Mardis d’éthique publique »

La retransmission trimestrielle de certains « Mardis d’éthique publique » du Centre Sèvres (Facultés Jésuite de Paris) est également prévue à la salle paroissiale d’Aiffres aux dates suivantes :

JPEG 4 février 2019 - vidéo-conférence -

"Église : du scandale à la réforme" à 20h à l’Espace Jean VILAR à Aiffres (en centre Bourg, à côté de la mairie).
« Trop peu, trop tard ». Ce titre du journal Le Monde au sujet de la condamnation par le pape, en Irlande, des crimes pédophiles dans l’Église, résume bien une opinion largement répandue à ce sujet. Et que faudrait-il faire ? Le moment est-il venu, plus d’un demi-siècle après Vatican II, d’approfondir la réforme de l’Église. Le pape François dispose-t-il des moyens d’y parvenir ? Il ne s’agit peut-être pas simplement de prévenir de nouveaux scandales, et tant de victimes, mais d’appeler à une conversion plus ample.

Avec la participation de :
- Mgr Michel Dubost, évêque émérite d’Evry, auteur en particulier de Le grand tournant. L’an I de la révolution du pape François (Cerf)
- Anne-Marie Pelletier, bibliste, enseignante au Collège des Bernardins, auteure en particulier de Débats éthiques et sagesse biblique (Salvator, 2018).

La rediffusion de la conférence durera à peu près 1h, et sera suivie d’un temps d’échange entre les participants pendant ½ h - ¾ h.

Ces soirées sont ouvertes à tous, n’hésitez-pas à en parler autour de vous.

Contacts : secteurguirandelambon@wanadoo.fr ou 05 49 32 02 30


-  lundi 5 novembre 2018 à 20h, Espace Jean Vilar à Aiffres (centre bourg à côté de la mairie).

ADIEU LA CROISSANCE ?

Peut on accepter une croissance illimitée dans un monde limité ?
Qu’entendons-nous exactement par croissance ?
La croissance n’est-elle que matérielle ?

Avec la participation de :

- Dominique Seux, directeur délégué de la rédaction des Échos et éditorialiste à France Inter
- Eva Sas, ancienne députée, auteure de la loi « Nouveaux indicateurs de richesse »
- Xavier Ricard-Lanata, ethnologue et philosophe, auteur de Blanche est la Terre (Seuil 2017)
- Jean Merckaert, rédacteur en chef de la Revue Projet
- Jean-Luc Pouthier, directeur du département d’éthique publique du Centre Sèvres


- le jeudi 13 décembre à 20h 30

"POUR UNE SOCIETE PLUS FORTE ET PLUS JUSTE : RENFORCER LE POUVOIR CITOYEN"
avec Jean-Marie FARDEAU

Le jeudi 13 décembre 20h30 au Lycée Saint André, 14, rue de Souché - Niort

La moitié des richesses mondiales sont détenues par 1% de la population. Les 85 personnes les plus riches du monde possèdent la même richesse que 3 milliards de personnes, soit la moitié la moins riche de la population mondiale.
En France on estime que 14% de la population, soit 8,5 millions de personnes, vivent en situation de pauvreté… Les discriminations de toutes sortes dont sont victimes des millions de nos concitoyens à cause de leur origine, de leur religion, de leur handicap, de leur lieu de résidence, de leur âge sont toujours une réalité qui pèse qui pèse sur le climat social, politique et minent la cohésion de la société.

Si ces informations sont connues, pourquoi les choses ne changent-elles pas ? Voulons-nous vraiment l’égalité ? Quels sont les freins à plus de justice ? L’Etat joue-t-il suffisamment son rôle de régulateur et de garant de l’égalité des chances de chacun ? Comment la société civile peut-elle se faire entendre des décideurs ?

Pour répondre à ces questions, l’Espace Saint Hilaire en Sud Deux-Sèvres a fait appel à l’expertise de Jean-Marie Fardeau. Depuis le début de sa carrière professionnelle Jean-Marie Fardeau évolue dans le monde de la solidarité internationale. Après avoir notamment été secrétaire général du CCFD-Terre solidaire (1999-2007), puis directeur France de Human Rights Watch (2007-2015), il anime aujourd’hui une nouvelle association française, VoxPublic (www.voxpublic.org)

Cette association, qui a vu le jour en 2016, vise à renforcer les acteurs de la société civile qui, en France, mène des actions d’interpellation des décideurs politiques. Ses champs d’action : les injustices sociales, les discriminations, la corruption et les conflits d’intérêts. Son objectif : que la voix des organisations citoyennes travaillant sur ces questions soit plus présente dans le débat public et mieux entendue des décideurs.

Événements passés


- le jeudi 27 septembre 2018 à 20h 30
"Mai 68 : 50 ans après… quel héritage pour les chrétiens aujourd’hui ?" par Jean-Louis Schlegel
- Maison de Retraite Sacré Cœur
16, rue Trois Coigneaux – Niort
(Entrée libre – Participation aux frais. Parking Place de La Brèche)

PNG - 81.9 ko

Mai 1968 : un événement qui a fortement marqué l’engagement des chrétiens, tant dans l’Eglise qu’en politique et dans la société. Cinquante ans après que reste-t-il des convictions fortes sur la valeur de l’engagement dans la Cité politique et de la participation active des chrétiens à la vie de l’Eglise, auxquels avait déjà invité le concile Vatican II quelques années auparavant ? Quel rapport, d’ailleurs, entre ces deux événements ?

Pour répondre à ces questions, nous avons demandé à Jean-Louis Schlegel* de nous rappeler le contexte géopolitique et ecclésial de l’époque et de préciser comment ces événements ont été vécus par les chrétiens, quelle lecture en a été faite par eux sur le champ et a posteriori. Que reste-t-il de leurs discours et de leurs engagements ? Dans quelle mesure en sommes-nous encore aujourd’hui les héritiers ?

*Jean-Louis Schlegel est sociologue des religions, philosophe, éditeur, membre du comité de direction de la revue Esprit. Auteur de nombreux ouvrages dont Religions à la carte et La loi de Dieu contre la liberté des hommes, il a dirigé avec Denis Pelletier un livre collectif A la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche de 1945 à nos jours (Seuil, 2012).


- le jeudi 18 octobre 2018 à 20h 30 :

PNG - 1.6 Mo
Affiche de "FRontière et Nation"

« Frontières et nations : l’étranger au regard de la Bible"
par le Père Yves-Marie Blanchard, professeur honoraire de l’Institut Catholique de Paris.
-  à l’église baptiste 17 rue de l’Herse à Niort
(Entrée libre – Participation aux frais.)

Le contexte de mondialisation suscite, un peu partout dans le monde, l’affirmation croissante des identités nationales, ainsi que la tentation de fermer les frontières, au point d’en faire de véritables murs censés protéger soit la sécurité, soit l’intégrité des peuples et nations.

Face à une telle situation, quelles leçons peut-on retenir de la Bible ? Les théologies du Peuple élu et de la Terre promise n’iraient-elles pas dans le sens des fermetures aujourd’hui constatées ? Mais, à y regarder de plus près, on trouve aussi bien dans la Bible de formidables ouvertures à l’universalité du genre humain, dès l’Ancien Testament, et combien plus dans l’enseignement et l’attitude de Jésus Christ. Il pourrait en résulter un regard nouveau – et positif – sur l’étranger, à l’encontre des exclusions et ségrégations prônées de nos jours.


50 ans après, semaine Martin Luther King

Voir tout le programme de la semaine

- le lundi 19 novembre 2018 à 20h 30 :

JPEG - 242.8 ko

"Martin Luther King : 50 ans après" .
par le Pasteur Roland Poupin.
- à l’église baptiste 17 rue de l’Herse à Niort
Martin Luther King 50 ans après

A l’occasion du cinquantième anniversaire de l’assassinat de Martin Luther King, l’Espace Saint Hilaire en Sud Deux-Sèvres organise une conférence sur le parcours de ce Pasteur baptiste. Cette soirée ouvre la semaine consacrée à M.L. King en partenariat avec l’Eglise Baptiste et l’Eglise Protestante Unie de Niort.
Des premiers combats à la célébrité, de l’impopularité au rejet et finalement à l’assassinat, nous avons demandé au Pasteur Roland Poupin de nous retracer le parcours de M.L. King. Celui-ci commence par le refus d’une femme de la ville où il est pasteur de se soumettre à une règle de ségrégation et par un appel à M.L. King à prendre la tête d’une manifestation.
Vocation qui le conduit au-delà de sa paroisse, à travers les États-Unis et, quant à son influence, bien au-delà, via le Prix Nobel de la paix. M.L. King poursuivra son combat non-violent, l’étendant, au-delà de sa lutte contre le racisme, à la question sociale : urgence, dit-il, de "régler les problèmes économiques des noirs, et de tous les pauvres de notre pays", et au-delà des USA le problème de la domination du monde : M.L. King dénoncera la guerre coloniale, sous l’espèce de la guerre du Vietnam.
Autant d’aspects d’une lutte qui lui vaudront l’inimitié qui le conduira au martyre. Une constante de sa lutte : la croix comme combat en faveur même des ennemis.
Une pensée, un combat et un message toujours actuels qui gardent une portée universelle.


JPEGJeudi 14 février à 20h30 au Centre du Guesclin - salle de conférence n°2 Bât A

"Dialogue chrétiens-musulmans. Pourquoi ? Comment ?"
soirée-débat avec la participation de :

- Bénédicte et François NAU : Délégués diocésains pour le dialogue avec les musulmans

- Ammar OUSSACI : Président de la mosquée de Niort

- Youcef RAHAL : Aumônier musulman à la Maison d’Arrêt de Niort

- Roger PACREAU : Aumônier catholique à la Maison d’Arrêt de Niort

Depuis le concile Vatican II, l’Église insiste très fortement sur l’importance du dialogue des chrétiens avec les croyants d’autres religions. Il est donc essentiel que tous les catholiques soient sensibilisés à cette question, et que, à la mesure de leurs possibilités, ils entreprennent de participer à ce mode particulier d’annonce de l’Évangile.

Au cours de cette soirée, nous aurons l’occasion d’entendre les témoignages de certains des acteurs de ce dialogue entre chrétiens et croyants de religion musulmane : des rencontres régulières ont lieu, à Niort, à Poitiers, et dans d’autres lieux du diocèse, et leurs organisateurs viendront nous donner quelques exemples de ce qui est réalisé. Par ailleurs, on reviendra sur les textes du Magistère qui explicitent les fondements doctrinaux de ce dialogue, et sur d’autres qui précisent ses modalités pratiques. Bien entendu, un large temps d’échanges est prévu, de telle sorte que nous puissions mettre en commun nos questionnements, nos expériences, et peut-être nos projets.