3ème conférence- La "Hesed" ou la miséricorde de Dieu

La ” hesed” ou la miséricorde de Dieu
______________________________

  • En Israël, la miséricorde se trouve au confluent de 2 courants de pensée, la compassion et la fidélité.

  • Le terme “hesed” désigne la ”piété“, la ”relation“ qui unit deux êtres et implique ”fidélité“.
La miséricorde n’est plus seulement l’écho d’un instinct de bonté, qui peut se tromper sur son objet et sur sa nature, mais une bonté consciente, voulue ; elle est même réponse à un devoir intérieur, fidélité à soi-même.
 
  • Les traductions françaises des mots hébreux et grecs oscillent de la miséricorde à l’amour, en passant par la tendresse, la pitié, la compassion, la clémence, la bonté, la faveur, la loyauté, et même la grâce (cf l’hébreu “hen”) qui, pourtant a une acception bien plus vaste (en hébreu, HANAN).
     
  • Dieu manifeste sa tendresse à l’occasion de la misère humaine  ; à son tour, l’hesed doit se montrer miséricordieux envers son prochain, à l’imitation de son créateur (hesed [bienveillance cf Luc 2)

    “Rendez grâce au Seigneur car éternel est son amour (hesed)”, dit le psalmiste (Ps 107)

  • Au cœur même de la détresse humaine, de son péché, jaillit la Révélation de Dieu, libre de faire gratuitement miséricorde à qui bon lui semble (cf Exode 33,19 : le Seigneur est un Dieu de tendresse et de grâce, lent à la colère et abondant en miséricorde (hesed) et fidélité, gardant sa miséricorde à la millième génération, supportant faute, transgression et péché …. jusqu’à la 3ème et la 4ème génération (Exode 34,6/11).
     
  • Le péché, eu égard à ses conséquences, est pris au sérieux. Mais la miséricorde du Seigneur, conservée intacte jusqu’à la millième génération, le fait patienter infiniment. Tel est le rythme qui va marquer les relations de Dieu avec son Peuple jusqu’à la Venue de son Fils.
     
  • Le terme “hesed” est fréquemment joint à “emet ” qui signifie la fermeté et la fidélité de la tendresse de Dieu (cf Genèse 24,27 ; 21-26 ; Psaumes 25,10 ; 86,15 ; 138,2).
    Terme souvent accompagné de l’idée d’Alliance (“berit”).

  • Le “hesed” de Dieu est puissant (Psaumes 103,11  ; 117,2), éternel (Psaumes 25, ;100, ;103,17  ;136), bon (Psaumes 69,17  ;109,21), précieux  (Psaume 36,8), grand (Psaume 86,13), meilleur que la vie (Psaume 63,4), merveilleux (Psaume 31,22).
     
  • Mais le sommet de l’Ancien Testament se trouve dans Osée, où l’on pourrait dire que le “hesed” est la caractéristique de l’idéal du prophète Osée, où la bonté de Dieu pour l’homme se traduit chez l’homme par une bonté pour l’homme, mais aussi une bonté pour Dieu (cf Osée 6, ; 10,12 , 12,7).
    Réciprocité et fidélité

  • Osée apparaît comme le “prophète de la tendresse“ et son message comme celui de la “miséricorde”.
Le Dieu d’Osée ne renonce jamais à établir la plus forte relation imaginable avec son peuple, car la racine de son être est l’Amour. Et cet Amour partagé devra se répandre, telle l’huile fraîche, dans les relations entre les hommes.

  • La vie d’Osée est une prophétie vécue. Osée est un drame familial : le scandale du mariage entre Osée et une prostituée sacrée, sur les ordres de Baal. Dieu est considéré comme l’Epoux, Celui qui éprouve de la“hesed”. Dans son message, le prophète et Dieu se substituent sans cesse l’un à l’autre.
     
  • cf Osée 2

    Les hébreux transforment leur Seigneur en un “Baal”. Mais le Seigneur, par la bouche d’Osée, va dire : “Non, ça n’est pas le même. Dieu parle par Osée, i.e. “Dieu aide”. Il vient à notre secours.

  • Alors que l’Alliance semble rompue, elle est restaurée (cf Osée 2,16 : “Eh bien, c’est moi qui vais la séduire, je la conduirai au désert et je regagnerai sa confiance”). “Je parlerai à son coeur” (cf Genèse 34,3).
L’intensité de l’Amour divin, qui s’exprime par le mot “séduction” (il désire) vie au-delà de ce que l’on pourrait penser, imaginer. Dieu se fait violence. Sa violence est celle de l’Amour.

  • En Osée 2,21-22, le terme “fiançailles” revient 3 fois. C’est là le début du mariage, pas une vague promesse.
     
  • Au cœur même du vécu dramatique, de la relation de Dieu à son peuple, jaillit la fidélité de Dieu, de Celui qui va jusqu’au bout !
     
  • Dieu va-t-il continuer à être fidèle ?
  • Lire Osée 14,2-10  : Alors qu’Israël s’est adressé en vain aux divinités de la fertilité, le Seigneur, Lui, se présente comme un arbre toujours vert, toujours vivant, sur lequel Israêl trouvera le fruit qu’il cherche.
     
  • Le nouvel Israël de Dieu, pour reprendre l’expression de St Paul dans l’épître aux Romains (cf Romains 9-11), i.e. nous aujourd’hui, saura-t-il se laisser aimer, afin d’aimer comme Celui qui, à travers les derniers mots d’Osée, nous invite à être sage pour discerner, intelligent pour connaître comme nous sommes connus  ?
     
  • “Deviens ce que tu es” (St Augustin)
Père Jean-Marie Loiseau -
Carême 2015 – 3ème conférence – 12 mars 2015
 
 
PDF - 145.2 ko

Pdf du compte rendu